Une pensé forte (endeuillé)

Cet article étant un témoignage rendant hommage à mon papa Ernest WAHEO, petit frère de mon père Taï. J’emploie un dialogue comme si je lui parlais. Il est décédé, dans notre foi évangélique, les morts n’entendent plus, plus d’oreilles pour entendre,  plus de bouche pour parler. Une fois mort, ils n’attendent plus que le son de la trompette signalant le retour de Christ-Jésus. Ils se relèveront de leur tombe et, à ce moment, ils pourront réentendre, revoir. Donc, ce sera le jour de sa résurrection que papa pourra lire cet article.

WE-REF_CAMBA 013

Après le jour de ton enterrement, papa Ernest, le mardi 13 février. Je suis  entré au bloc opératoire, à la clinique de la Baie des Citrons, pour me faire opérer l’oreille droite. Comme on s’était dit, je garde la voiture une nuit et je reviens m’occuper de toi jusqu’à que tu entres au Médipôle, le jour du 19 février, jour de la rentrée scolaire. Tu ne savais plus si tu demanderais de t’amener ou tu allais prendre l’ambulance.

Je me suis levé de mon lit ce samedi 17 février 2018, à 2h00 du matin pour écrire ces quelques lignes en ton honneur. Je n’y arrivais pas à trouver le sommeil. Mais cela  me fait un bien fou d’écrire. J’ai encore ce bandeau à la tête, je viens d’en reprendre un doliprane, quand j’ouvre la mâchoire, j’ai mal à ma tempe droite et il m’arrive d’avoir la nausée (la tête qui tourne). Ma femme est aussi réveillée n’a pas  dormi de toute la nuit, voilà  encore une CS, ah, ah ! C’est notre expression et je repense à ton rire et ton sourire. Et en plus, Gita, notre cyclone continue de souffler dehors et en faire du vacarme (Gita marquera ton départ vers la patrie céleste).

Tu sais, je me suis beaucoup voulu à moi-même le jour où je t’ai retrouvé allongé dans ton drap, à mi découvert, et que tu avais déjà  rendu l’âme. Pour moi ma  mission de t’amener jusqu’au 19 février fût un échec. Et pourtant, tu avais mis toute ta confiance en moi pour m’occuper de toi durant ta maladie. Je rappelle à Ponerihouin, à la tribu de Tchemba, Maguy et toi vous nous appelez Jordan et moi vos  deux AVS (Auxiliaire de Vie Social). Bien sûr pas pour la « patiente » qui s’était assise avec sa  chaise sur la natte, ah ah éh éh !

Ah comme tu nous avais bien gâtés lors de notre sortie à Ponérihouin pour la fête de la Réformation de l’Eglise Libre, le mois d’octobre 2017, qui s’est passée à la tribu à Jean-Marc Poinri, notre beau-frère (mari à Esther Honeme). Tu avais déjà tout organisé, l’hôtel pour les trois jours. Et on sortait de la tribu, pour nous rendre dans des snacks de la côte-est, surtout de Poindimié (Vidéo Snack sur Poindimié). Pour moi cela reste un souvenir inoubliable. Pour ce séjour, je te remercie de nous avoir fait présenter ton petit-fils, Jordan, tu l’appelles avec beaucoup d’affection « Dadan ». Tu disais qu’il serait temps qu’il puisse rencontrer d’autres membres de la famille. En tous les cas, ma femme et moi l’avons beaucoup apprécié. Pour ma part, je tiendrai ta parole de continuer à veiller sur tes petits-enfants et, de faire en sorte qu’ils continuent de rencontrer ta famille.

Je tenais à te remercier, car, tu me disais de ne pas hésiter à chaque fois de te demander ta voiture quand nous avons besoin. Même, dans  les moments où tu avais déjà  planifié ta journée, tu nous trouvais toujours un arrangement pour nous la prêter. Ah papa, tu avais vraiment le cœur sur la main. Là, je t’ai ressenti plus proche de moi et aussi de ma femme. Avant, on se disait bonjour, mais sans plus, et on ne se revoyait que bien longtemps après. D’ailleurs, ce qui en était sorti plus souvent lors de nos échanges de paroles coutumières lors de tes obsèques. Tu étais le papa qu’on voyait apparaître en un instant, et qu’on ne savait plus quand allons-nous nous revoir. Après cela nous arrive de nous croiser sur la route, tu passais devant la maison, te rendant au Nakamal, et ce n’était juste des p’tits coucous. En résumé, tu avais ta vie propre à toi.

Pour ma part, ta vie m’a fait penser aux « ouvriers des dernières heures », la parabole donnée par notre Seigneur Jésus-Christ. Le maître de la moisson disait aux premiers ouvriers arrivés tôt le matin de bonheur, qu’il leurs donnera 1 denier en fin de journée. Il y en a qui sont arrivés vers la fin de journée pour travailler. Le soir venu, le maître donne à tout a chacun 1 denier comme ça été convenu au départ. Les premiers arrivés se sont plaints, car ils devaient toucher beaucoup plus. Mais le maître les a repris que le contrat était stipulé comme ça dès le départ, et ils l’avaient bien accepté. Le maître l’a appliqué pour tout le monde quel que soit l’heure où ils arrivent. Donc, papa Ernest tu en as fait partie de ses ouvriers des dernières heures et tu as eu autant le même salaire que tous ceux qui ont commencé bien avant toi.

Tu avais commencé à t’approcher de Maguy et moi en fin d’année 2016, en nous invitant à un restaurant d’Auteuil. Ma femme et moi venant de nous marier et ensuite de vivre le deuil de mon père, ton grand frère, pasteur Taï WAHEO. Nous nous sommes occupées de ton grand frère après notre mariage, avec tout l’amour qu’on pouvait lui donner car il était aussi malade. Il était atteint du diabète (la jambe amputée), d’une maladie cardiaque, des reins épuisés sous contrainte de faire la dialyse.  Est-ce peut-être pour ça que tu es venu vers nous ?  Car, je crois, qu’on serait aussi bien placé pour s’occuper de toi. Car tu souffrais dans ton fort intérieur mais tu ne nous le disais pas. Nous pouvons te dire papa, que ça été un réel plaisirs de nous en occuper de toi. Je repense la veille de ta mort encore, quand à chaque fois, tu me disais : « Ahou, Mano, pardon je te dérange ». Et je te répondais : « « non papa, ne t’inquiète pas, je suis là pour toi ». Ah, je ne voulais pas que tu me répétais cela, pour moi c’était tout à fait normal de s’occuper de ses aînés.

En début d’année 2017, on s’était un perdu de vue. Tu es venu rendre hommage à ton grand frère Hamou, lors de ses  obsèques. J’aime bien quand tu prépares l’éloge de tes frères. D’ailleurs, je t’avais filmé, c’était au temple de Newere ( Ministère Hamou WAHEO). Je pense que depuis cet événement, c’est depuis là qu’on te voyait plus souvent avec nous. Tu venais te rendre au culte les dimanches à Rivière-Salée. Ta place était du côté fenêtre sur le côté droit, et t’avais toujours ton cahier.

Et ce fut là qu’un jour, je disais que j’allais être en congé en octobre 2017 sur un partage sur FB. Tu avais vu mon post et tu me demandais de t’amener à la fête de Réformation de l’Eglise Libre à la tribu de Cembâ, Pwarairwâ. Je ne raconterai pas encore tous ces bon moments passés en a compagnie, toujours était soucieux de nous satisfaire.

Le soir du vendredi 8 décembre 2017, on t’appelait pour te demander la voiture pour le 9 décembre, car nous préparions le lever de deuil de papa Taï. Tu nous disais que tu rentrais au Médipôle ce samedi, et qu’il fallait récupérer la voiture à la pharmacie près du MacDo du Kenu In. En fait, tu n’avais mis personne au courant dans la famille de ton entrés hospitalière. Pourquoi voulais-tu agir ainsi ? Peut-être pensais-tu que tu n’étais qu’un rejeté dans ta famille, pourquoi les mettre au courant ? Tu me disais un jour, sur ton lit d’hôpital : « Tu sais, Mano, je suis le premier des derniers enfants à pépé et mémé. Et on n’était pas les bienvenues dans la famille. Et particulier moi. » Tu me sortais cela, juste après que papa Méané sois passé ter voir. Je te rassurais papa : « Non, ne dis  pas ça papa, on t’aime, on vous aime tous nos papas, les grands comme les petits papas ». C’est à noter qu’une infirmière de Houaïlou disait à mémé Essé qu’après son 8ème enfant, il fallait qu’elle arrête d’avoir des enfants pour le bien de sa santé. Est-ce pour cela que papa Wess, tu penses que tu ne devrais pas exister ? Non, Dieu t’as créé et mis au monde et il a eu de merveilleux projets pour toi dans ta vie jusqu’à que tu l’as rejoint ce 9 février 2018 à 5h00.  Combien, il y a eu du monde à ton enterrement et venu aussi se recueillir auprès de ton cercueil dans la salle ! Des personnes qui viennent de tout horizon, du monde de l’enseignement, de l’éducation (populaire), du Sport et de la Politique…Ton frère, Nemia Méané, disait dans un de ces partage sur FB : «  oui, mes enfants il est parti votre papa west à sa soixante et uniène année. Comme les autres papas dans notre famille, ils vont tomber un par un. C’est comme çà la vie. Et ce qui est réconfortant c’est qu’ils laissent derrière une trace, un chemin à suivre. Vous avez plusieurs choix à faire pour vous construire. Choisissez les meilleurs chemins pour chacun de vous. Ce sont des arbres qui cachent la forêt. Maintenant, un par un les arbres tombent, je peux vous assurer avec admiration que je prends plaisir à découvrir cette belle forêt… Merci encore. ». Ce que je voudrais retenir, ce que tu as été aussi un immense arbre qui est tombé et, qui en a vraiment caché une forêt.  Et comme il est dit dans la Parole, c’est l’arbre qu’on reconnait ses fruits. Papa kaô Jacob disait, qu’il y en a déjà des meilleures que toi qui ont déjà pris les relais (7 ou même 36 autres). Tu as  été un « cultivateur », tu as semé, ça a poussé, mais il faut continuer de développer, d’entretenir pour qu’il y ait encore des fruits en abondance. J’ai une pensée à ton association sportive, le CMSD (Club Municipal Sportif de Dumbéa), une pensée à ta place de conseiller municipal de Dumbéa, une pensée à la DDEC où tu as été longtemps enseignant, une pensée à ta famille et, en particulier à tes petits-enfants : Océane, Jordan, Noé et Hélène que tu as tant choyés. En espérant de tout cœur, que ce tu as semé lors dans ton ministère ici-bas puisse continuer de porter du fruit. Mais j’ai foi car tu l’as semé avec ta foi en Jésus-Christ, et ce que Dieu a fondé personne ne pourrais le déraciner.

J’en dis trop, je vais m’arrêter là, encore un père de plus qui s’ajoute aux belles étoiles de notre firmament. Je ne te dis qu’un aurevoir et, que je serai heureux de te revoir et te raconter tout ce que j’ai pu vivre depuis que tu m’as quitté.

Je t’aime papa Ernest Westphal WAHEO.

 

Nicodemus

 

 

 

 

[Infographie] 1 minute sur les réseaux sociaux —

Sources : http://www.accessoweb.com/ ; blogmoderateur

via [Infographie] 1 minute sur les réseaux sociaux —

Apocalypse Now !

via Heureux

…ET LA SANTÉ SURTOUT !

Passages : Apocalypse 1.v.9-18 et Psaume 54

 

Bonjour et,  Bonne et heureuse année, et surtout « SANTE » ! Après avoir vécu avec acharnement les fêtes de fin d’années 2017 dans le commerce, on enchaîne de suite avec les  « soldes » plus la « rentrée des sportifs » dans mon magasin de sport.

Tout s’enchaîne, même pas aussi pas de répit pour nos serviteurs de Dieu, oui en pleine période d’été, pour le Synode sur Poya et également les animateurs du groupe des jeunes pour la direction sur Ouanach, Touho.

Ensuite, il y a ceux qui se lancent sur de nouvelles résolutions pour cette année : « cette année plus de sport, et je perds surtout du poids », « cette année je veux faire décoller mon entreprise » ou encore « j’économise, car j’y tiens à ce projet »…

Les personnes aime vous souhaiter « Bonne année et surtout  « Santé », c’est surtout le plus important. Et là on se dit, ah oui, la « santé » on pense physique, en tout cas pour moi, je me dis : « allez, cette année Mano, je vais m’y mettre au sport, et des objectifs mesurables, quantifiables (opérationnels, dans le jargon de l’animation) : 3 fois par jour pendant 1heure, par exemple, je cours…Ah, je vais me rendre dans une salle de remise en forme, aller me renseigner sur les tarifs mensuels, annuels…etc.

Mais quand j’y repense bien, la « santé » n’est pas uniquement sur le plan physique, mais est aussi sur le plan moral, psychologique et surtout spirituel. Où en est tu ce matin avec ta santé spirituelle ? As-tu souhaité la « bonne année » à ton Seigneur, lui disant, Seigneur je veux faire chemin avec toi en cette nouvelle année 2018. Et aussi lui dire, Seigneur tu as été un formidable compagnon durant l’année passée. Seigneur, depuis que je t’ai accepté comme Sauveur et Seigneur Tu ne m’as jamais déçu et c’est plutôt moi qui me suis éloigné de ta face.

Je veux vous partager que ce matin, Dieu nous veut de la santé, mais la « santé » comme Lui l’entend. En étudiant les différents passages  et les versets qui nous ont été donnés pour aujourd’hui, j’en ressors le Nom de Dieu. Son nom révèle son autorité, son nom révèle sa fidélité, révèle sa connaissance, son amour et toute sa gloire.  D’autre part, en allant creuser dans les premiers chapitres de l’Apo. , Jésus celui qui est l’Alpha et l’Omega, dit à chacun des 7 églises : Change de vie, Change de vie ! Oui, il s’dresse encore à toutes les églises ; quel que soit le temps, l’espace. Eglise Libre, tu as vécu la réconciliation : « change de vie », Eglise de Newere/R-Saléé : « change de vie ! », pasteur de Newere : « change de vie », diacre de Newere : « change de vie »,  chrétien de Newere : « change de vie ! »…Et d’abord moi-même : « Mano, change de vie ! »

Dieu nous appelle en cette nouvelle année de Changer de vie,  nous appelle aussi par-là à la repentance.  Et qu’il nous dit que par son Nom nous sommes vainqueurs.  Et cela sera bon pour notre « santé » déjà proprement dite spirituelle.

Ce matin voici mes trois points à partager avec vous :

Le premier est celui que nous vivons dans l’épreuve ? (Notre « santé » est soumise à toutes épreuves). Quelless sont-elles à travers nos textes ?  Après, mon message, je le rappelle, mon message se base principalement sur les textes qui nous sont donnés, et aussi en m’appuyant sur des recherches en commentaires bibliques (sur internet, ou ma BES). Après bien sûr, la Bible reste la première source de mes recherches pour approfondir ses passages.

Ensuite le deuxième, oui il y a l’épreuve et que donne notre Dieu pour surmonter cela ? Et comment les utiliser ?

Et finalement, en troisième point, que nous arrivera-t-il si nous avons appliqué ce Dieu nous a donné pour surmonter ?

Ensuite, finaliser par en conclusion, récapitulant les différents points.

I.                    L’Epreuve

 

  1. Au verset 9 d’Apo. 9, d’emblée, l’ap. Jean dit : « Moi, Jean, votre frère, votre compagnon dans l’épreuve.

Il faut souligner que Jean s’est exilé dans l’île de Patmos. Il a fuis la persécution romaine. Il dit « à cause de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus (Etait le dernier des disciples survivant, a vécu avec Jésus, a été enseigné par le Maître).

Si nous comparons les deux textes, celui de l’Apo et du Ps.54. Jean a fui ses persécuteurs mais par contre David se trouve parmi les siens, au verset 1 : Les Ziphiens disant à Saül : David n’est-il pas caché parmi nous ? En fait qu’on fuit l’épreuve ou qu’on y reste, on y est toujours soumis à l’épreuve.

  1. La description d’une épreuve

 

  1. Des humains

Pour Jean, comme pour David, ce sont les persécuteurs qui font leur épreuve.  Dans le Psaumes, au verset 5 : ces gens sont orgueilleux, ils attaquent pour faire mal. Ils sont violents et iront jusqu’à tuer. Il est dit ensuite qu’ils ne s’occupent pas de Dieu, ou encore, non aucun souci de Dieu. De nos jours, nous avons des personnes, qui peuvent nous vouloir du mal et que pour eux Dieu n’existent pas.

Ensuite au verset 7 du Ps. David parle de personnes qui le surveillent en cachette (version PDV) .Une stratégie de l’ennemi pour connaître ses points faibles, espionner ses prochaines actions pour lui tendre un piège.

  1. Une épreuve douloureuse peut aussi être une maladie.

 

  1. Une épreuve peut aussi être une catastrophe naturelle, victimes de cyclones…

 

  1. Une épreuve, se retrouver au chômage…

 

II.                  Ce que Dieu nous donne pour surmonter cela.

 

  • J’en retire 7 dons de Dieu de ses différents passages, pour surmonter l’épreuve.

DON 1 : Il nous a fait citoyen du Royaume de Dieu. L’ap. Jn au v.9 : « avec vous j’appartiens au R.de D, amen !  Jésus a vaincu la mort, est ressuscité, nous a déjà fait citoyen de son Royaume. Le thème du rassemblement de jeunes de L’EPKNC ces derniers jours à Ouindo, Poindimié : Citoyen d’un pays nouveau. Les jeunes réfléchissez sur le devenir de la Nouvelle-Calédonie, se préparent à la nouvelle citoyenneté qu’obtiendra la Nouvelle-Calédonie si au référendum le OUI à l’indépendance de la N-Calédonie l’emportait. Pour nous Chrétiens, qui avons choisi comme Seigneur de notre vie, nous n’avons plus à réfléchir sur une citoyenneté céleste, cela a été validé il y plus de 2000 ans à Golgotha, nous avons été citoyen céleste d’office. C’est pour nous exhorter, malgré ces souffrances ici-bas, nous sommes déjà citoyens du Royaume et affranchis du péché.

DON 2 : Il nous donne la persévérance (ou autre version d la Bible, la patience). Toujours au même verset 9 de l’Apo. Jean dit je reste persévérant en étant unis à Jésus-Christ. Je ne l’ai peut-être pas dit en haut mais de nos jours de faux prophètes se manifestent jusqu’à effacer l’honneur de Jésus-Christ. Cela, ce qui révèle d’hérésie, engendrant des sectes en est une forme d’épreuve pour nous chrétien. Dieu nous demande de persévérer unis à son Fils, à Sa Parole et de ne pas se refroidir.

 

DON 3 : prière-sacrifices

a)Le psalmiste prie au v.4 du Ps.54 : « Oh, Dieu entend ma prière, écoute ce que je dis ». C’est certainement dans un état d’esprit de prière et un cœur bien disposé que Jean reçoit des révélations. Au.10 de l’Apo. 1, Jean dit : « Le jour du Seigneur (un dimanche) l’Esprit me saisit ». Donc, l’Esprit Saint est au cœur de nos prières.

  1. b) Au v.8 du Ps.54 : « de bon cœur, je vais t’offrir des sacrifices, je te dirai merci Seigneur car Tu es bon ». On n’en fait plus de sacrifices de nos jours puisque Jésus à la croix a remplacé tout cela. Aujourd’hui, nous faisons des « sacrifices » sous d’autres formes. Rien que se lever de bon matin le dimanche et se rendre à l’église est déjà un sacrifice. On a laissé ses occupations à la maison pour se rendre au lieu de culte. Dans Ro.12.21 « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu».

 

DON 4 : Communion fraternelle

Au Ps.54v.6 : « Mais Dieu vient à mon secours, le Seigneur est avec ceux qui me soutiennent. La communion est importante pour le chrétien. D’ailleurs, fait partie des « 4 pieds de la table » dans Actes 2.42 : la prière, l’enseignement des Apôtres, le partage du pain et la communions des saints.

Tu es dans l’épreuve, reste en communion avec les frères et sœurs, ils prieront pour toi. Tu en feras autant pour eux s’ils se retrouveront dans la détresse. Il n’est pas bien qu’une brebis s’éloigne du troupeau car les loups rôdent autour.

Sante

DON 5 : Parole de Dieu

La Parole de Dieu peut être un don mais aussi une épreuve pour le chrétien. Au V.9 de l’Apo., Jean s’exile dans l’île de Patmos à cause de la Parole e Dieu. L’Eglise primitive est persécutée par ses contemporains. Ils peuvent juifs (n’ont pas accepté le Christ Jésus), peuvent être polythéistes (ont déjà des divinités) ou bien encore n’ont aucun souci de Dieu.

Mais en même temps la Parole nous protège dans l’épreuve. Dans le passage de l’Apo. Au v.16 : « Une épée pointue qui coupe des 2 côtés sort de sa bouche ». La Parole peut être aussi une arme redoutable pour le croyant, à double tranchants, pour se défendre contre tout assaut du Malin.

 

DON 6 : Témoignage de Jésus-Christ

Pareille que pour la Parole de Dieu peut être une pierre d’appui ou une pierre d’achoppement. Le témoignage peut déranger ceux qui peuvent être orgueilleux, jaloux et violent envers nous.

Jean était le dernier encore en vie des disciples de Jésus,  à avoir un témoignage percutant de Jésus-Christ. Il fut le dernier pion de l’échiquier à abattre pour ses persécuteurs, pour que le christianisme tout entier puisse disparaître de cette terre.

Nous sommes aujourd’hui des témoins de Jésus-Christ, « Témon de Yeshoua ». C’est vrai que nous avons peut être énormément appris de Dieu par sa Parole, mais qu’en est-elle de notre application ? Témoignons-nous de ce que Dieu a fait pour nous ? Racontons aussi ses merveilles qu’il a faites dans nos vies à d’autres personnes désirant connaître Dieu. J’ajoute aussi de témoigner ce que Dieu attend de nous pour le servir.

 

DON 7 : Son Nom de Jésus-Christ

C’est le don de son Nom de Jésus-Christ que Dieu nous fait. Le nom a pour valeur l’autorité, a pour valeur le salut. Au Ps.54.v.3 : « Oh Dieu ! Sauve moi par ton nom et rend moi justice ».

Quand je regarde les films quand 2 personnes, homme et femme, ont du mal d’abord à se présenter. Quand l’un tend la main et lui donne son prénom, l’autre accepte lui tend aussi la main et donne par la suite son prénom. On donne son nom à quelqu’un parce qu’il y a un état de confiance qui s’instaure. Dieu nous donne son nom que parce qu’il nous a fait confiance, et nous au retour nous lui devons faire confiance et pas le décevoir. Son nom à Dieu est grand, le connaître est riche. Nous devons porter son nom dans notre vie, car son nom nous libère de toute épreuve et nous protège.  Et c’est par Son nom qu’on a autorité sur toute épreuve.

 

III.                Ce que Dieu nous donne en récompense de victoire sur l’épreuve

 

  1. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous donnera les fruits de l’arbre de vie dans le Jardin de Dieu.
  2. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous donnera la couronne de vie
  3. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous donnera la manne cachée, aussi un caillou blanc. Il nous donnera un nom nouveau.
  4. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous donnera l’autorité sur les nations. Nous dirigerons avec un sceptre de fer. Nous les briserons comme les poteries d’argile (Ap.2.26).
  5. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous donnera de porter des vêtements blancs. Nos noms ne seront pas effacés dans le livre de vie. Et, Jésus devant Dieu et ses anges dira : « ces personnes-là m’appartiennent ».
  6. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous écrira sur nous le nom de Dieu et le nom de Sa ville, la nouvelle Jérusalem.
  7. Aux vainqueurs, Jésus-Christ nous fera assoir, sur Son siège Royal. J’ai tout de suite pensée au film de Narnia,  à la fin les enfants sont couronnés et assis sur des trônes.

 

Conclusion

Quoi qu’il en soit, en tant que croyant, nous sommes soumis aux épreuves dans notre vie ici-bas. Même si nous cherchons à fuir l’épreuve, elle en fait partie de nos vies. J’aime souvent me le faire rappeler cette citation de Nelson Mandela (reprise à Confucius) : « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute ». C’est aussi à noter que si nous nous relevons, ses épreuves nous ont aussi fait grandir. Ne sont-elles pas aussi bénéfiques à notre croissance spirituelle ?

Ensuite viennent les 7 dons :

Le Royaume de Dieu ;

La persévérance ;

La prière et « sacrifices » ;

La Parole de Dieu ;

Le témoignage de Jésus-Christ et

Le nom de Jésus-Christ.

Pour finir, toute une série de récompenses aux vainqueurs qui ont gardé la foi, l’espérance et l’amour.

En espérant, qu’à travers mon message, vous saurez d’avantage ce qui se cache derrière ce mot « santé », quand quelqu’un vous souhaitera « bonne et heureuse année et la « santé » surtout ! La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.

Noël dans un milieu sombre

Noël est à la fois plus merveilleux et plus sombre que ce que nous imaginons.Une façon de mal aborder Noël: Noël c’est nul. C’est devenu une fête commerciale, ce n’est même pas une fête biblique. C’est une mascarade et le symbole du culte du consumérisme. Une autre façon de mal aborder Noël: Noël c’est beau.…

via Noël, si familier et si souvent mal abordé — ToutPourSaGloire.com

Ouvrez la porte à la sagesse !

INTRODUCTION

Quand on m’a invité pour donner le message pour aujourd’hui, on m’a dit de prêcher sur la Crainte de Dieu, thème qui a été donné à l’Eglise.  Depuis que ce thème a été donné, je présume que vous l’avez tous vécu et l’avez mis en pratique à travers vos différents projets, différentes activités, dans votre vie quotidienne de cette année, en particulier pour vous les jeunes.

Or, j’avoue que thème est vaste, j’ai eu du mal à m’appuyer sur un texte de référence pour écrire mon message. Après, il y a quand même le Proverbe 8, sur le quelle je me suis plus appuyé. D’autre part, la Crainte de Dieu, on la retrouve un peu dans différents livres bibliques, ce qui ne me facilitait pas la tâche. Durant le développement de mon message, je vais citer des versets, je demanderai donc de retenir les livres et chapitre pour que vous les méditiez à la maison.

Qu’est-ce que la crainte de Dieu ?

D’après ces versets, imaginez-vous devant une porte fermée, écrit dessus « Sagesse ». La Sagesse n’attend plus qu’on l’ouvre, mais avez-vous la clé, qui est celle de la « crainte de Dieu » ?

Dans mon message, je voudrais vous parler de la Sagesse. La Sagesse qui au cœur des livres poétiques de la Bible (Proverbes, Psaumes, L’Ecclesiaste…) (d’ailleurs que je vous invite à méditer, par exemple le livre des Proverbes, 1 Ch/Mois).

Dans un premier, je voudrais vous parler de  son origine.

Dans deuxième temps, de vous parler de la sagesse de l’homme (Est-elle la même que celle de Dieu ?).

Dans un troisième temps de la Sagesse, celle de Dieu (ou qui est Dieu lui-même)

Je terminerai par une conclusion en deux temps : la véritable sagesse et que le croyant n’est lui-même pas épargné des souffrances, et devra toutefois réagir.

Fête-JEUNESSE_2017 021

1.     La Sagesse, son origine

 

  1. La création du monde par la Sagesse =Parole

On a vous enseigné à l’EDD que tout l’univers, toute la terre et tout ce qu’ils contiennent a été créé par Dieu (Gn.2.1). Et comment Dieu a-t-il créé le Ciel et la Terre ? Par sa Parole (= Sagesse). Dieu par sa Sagesse a créé le monde et il dit que cela était très bon (Gen.1.31 « Dieu regarde tout ce qu’il a fait. Et il voit que c’est une très bonne chose ».)

Dans Pr.3. « 19Le SEIGNEUR a fondé la terre par sa sagesse, et le ciel est établi par son intelligence.20Par sa science, l’eau qui est sous la terre a jailli, et les nuages laissent tomber la pluie. »

 

  1. La création de l’homme

Dieu va créer l’être-vivant qui est au summum de sa création, l’Homme (et la femme).

Dans le premier livre de la Bible, au chapitre 1er, au v.26a : Dieu dit : « Faisons les êtres humains à notre image, et qu’ils nous ressemblent vraiment ! » v.27. Alors Dieu crée les humains à son image, et ils sont vraiment à l’image de Dieu. Il les crée homme et femme.

A la maison je posais cette question à ma femme et je la pose à vous ce matin ? C’est une question à laquelle je vous laisse le soin de méditer. Est-ce que Dieu a eu la sagesse de créer le monde ? Et est-ce qu’il a eu aussi la sagesse de créer l’homme ? Il aurait bien pu ne rien faire, pour que nous nous n’existerions pas et qu’il n’y aurait surtout ni souffrances, ni malheurs dans le monde. Elle m’avait répondu qu’Il voulait par là nous faire grandir, nous éduquer notamment à travers ces souffrances qu’on traverse sur cette terre. Elle ajoute aussi, Dieu a tout créer mais il manquait l’homme pour prendre du plaisir dans la création, cultiver la terre, donner des noms aux animaux…Merci Seigneur de nous avoir permis d’en bénéficier de toutes les richesses de sa création.

 

2. La sagesse et/de l’Homme

Dans ce deuxième point, j’aimerai vous faire comprendre qu’il existe la Sagesse de Dieu, mais que l’homme aussi s’est fait sa propre sagesse. Continuons pour plus d’éclaircissements.

  1. Sa sagesse lui suffit-elle ?

Dans mon premier point, au sujet de la sagesse de Dieu, je parlais de création de l’Homme (Gn.1.27). J’aimerai m’arrêter avec vous sur le mot « image ». Il est dit au verset 27, Dieu crée les humains à son image, et ils sont vraiment à l’image de Dieu. Cela veut dire que l’homme a des attributs de Dieu. Un attribut c’est Ce qui est propre et particulier à un être, à quelqu’un ou à quelque chose. L’homme a donc des attributs en commun avec Dieu. Si Dieu par exemple est amour, est-ce que l’homme peut-être amour ? Si Dieu est en colère, est-ce que l’homme peut l’être aussi ? Après il y a des attributs que Dieu que l’homme ne peut avoir ou ne peut l’être, par exemple Dieu est esprit, mais l’homme est chair (a un corps) ou encore Dieu est omniscient.

Si on en revenait à notre sujet sur la sagesse, c’est un attribut en commun, l’homme aussi la possède. Mais est-ce la même sagesse ?

  1. L’origine, la désobéissance (contraire à la sagesse divine)

La première fois dans toute l’histoire de l’humanité où l’Homme a manqué de sagesse se trouve dans le jardin d’Eden, et ce qui fut un coup fatale pour l’humanité tout entière. Adam et Eve, ont été tentés par le Serpent. Il leur dit de manger de ce fruit, dans Gn.3. 5 : « Mais Dieu le sait bien : le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront. Vous serez comme des dieux, vous pourrez savoir ce qui est bien ou mal. ». Ils ont voulu devenir comme Dieu, être l’égal de Dieu et, c’est depuis ce jour que le péché est entré dans l’homme de génération en génération (Ro. 5.12 C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et parle péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,…) et qu’il ne voulait que se fier à sa propre sagesse.

 

3. Sagesse de Dieu pour l’H.

 

  1. Sagesse

Pour obtenir la sagesse, il nous ait recommandé de craindre Dieu.

  1. La sagesse personnifiée, ses 10 et demi de qualités 

La Sagesse intervient, elle se tient sur les hauteurs Pr.8.1. « Ne l’entendez-vous pas ? Elle crie l’intelligence n’élève-t-elle pas sa voix ? » 2« Sur les collines qui dominent la route, au carrefour des chemins, la Sagesse se tient debout ».

Une Sagesse qui a été présente bien avant la fondation du monde : Pr.8. 23J’ai été établie depuis l’éternité, Dès le commencement, avant l’origine de la terre.

  1. Vérité

En Elle, il y n’y en a point de mensonge: Pr.8. 7 « Oui, je dis la vérité, car je déteste toutes les paroles fausses. 8 Tout ce que je dis est exact. Je ne parle jamais pour tromper, je ne mens pas. »

Ceux qui la craignent trouvent ses paroles sincères (v.9).

  1. Prudence et connaissance

Pr.8. 12 Moi, la sagesse, je demeure avec la prudence, et je trouve la connaissance qui vient de la réflexion.

  • Incompatibilité avec le mal

La Sagesse déteste la Mal et tout ce qu’il comprend, son orgueil, ses mauvaises actions…

Pr.8.v.13 « Respecter le SEIGNEUR, c’est détester le mal. Je déteste l’orgueil, le mépris, les actions mauvaises et les mensonges. »

  1. Le conseil, le succès, intelligence et force

Elle dit encore dans Pr.8. 14 « Le conseil et le succès m’appartiennent ; Je suis l’intelligence, la force est à moi.»

Elle aime ceux qui l’aiment, et ceux qui la cherche la trouve (v.17).

Pr. 16. « 3 Confie au SEIGNEUR ce que tu fais, et tes projets se réaliseront. » Et v. «  20 Celui qui réfléchit  longtemps à une affaire obtient de bons résultats. Ceux qui ont confiance dans le SEIGNEUR sont heureux. »

C’est avec sagesse que vos monitrices d’EDD et de groupe de jeunes qu’elles vous ont enseigné, vous ont conseillé. Et si vous êtes arrivés aux succès dans vos devoirs, vos examens c’est grâce à la Sagesse de Dieu.

  1. Prospérité

Beaucoup de passages dans la Bible montrent combien que si nous avons la crainte envers Dieu nous allons prospérer. Nous n’allons pas tous les voir, mais je vous en donne quelques un.

Ps.34. 10, 11. Vous qui appartenez au SEIGNEUR, respectez-le ! Rien ne manque à ceux qui le respectent. 11Les riches peuvent connaître le besoin et la faim, mais ceux qui cherchent le SEIGNEUR ne manquent d’aucun bien.

Et dans Pr.8. « 18Je donne la richesse et l’honneur, des biens qui durent et une récompense méritée.19Mes bienfaits sont plus précieux que l’or le plus pur, et mes dons sont meilleurs que l’argent de qualité.»

 

  1. Son enseignement : plus précieux que l’or

Son enseignement, qu’on trouve dans la Parole de Dieu (la Bible), ce que vous avez étudiez à l’EDD, dans les enseignements bibliques dans les groupe des jeunes, il est bien au-dessus de l’or.

Pr.8. v. « 10Choisissez mon enseignement plutôt que l’argent, préférez la connaissance à l’or pur.11En effet, moi, la Sagesse, j’ai plus de valeur que les bijoux, et je suis plus précieuse que tout ce que vous désirez. »

Pr.16. « 16Il vaut mieux posséder la sagesse que de l’or. Il vaut mieux être intelligent que posséder de l’argent. »

Et,

Pr.10. « 20. Les paroles de celui qui agit bien sont aussi précieuses que l’argent le plus pur. Les pensées d’une personne mauvaise ne valent pas grand-chose. »

 

  • Prolonge la vie

La sagesse donne une longue vie à ceux qui s’attachent à elle, contrairement à ceux qui sont orgueilleux.

Pr.10.27.Celui qui respecte le SEIGNEUR vit plus longtemps. Mais celui qui agit mal meurt plus vite.

Ps.90. « 10Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, Car il passe vite, et nous nous envolons. »

 

  • En sécurité

La sagesse te mets en sécurité.

Pr.14. « 26 La personne qui respecte le SEIGNEUR est en sécurité, car il protège ses enfants.27Le respect du SEIGNEUR est une source de vie, il permet d’éviter les pièges qui tuent. »

Pr.16. « 17 Les gens droits s’éloignent du mal. Celui qui fait attention à sa conduite protège sa vie. »

  1. Choix d’un bon conjoint

Message qui concerne particulièrement les jeunes :

Pr.18. 22 Celui qui trouve sa femme trouve le bonheur. C’est le SEIGNEUR qui lui fait ce cadeau.

Pr.19.14Tu peux hériter d’une maison et des biens de tes parents, mais une femme intelligente est un don du SEIGNEUR.

Et vice versa, adressée aussi aux jeunes filles, ayez de la sages dans le choix de votre conjoint, avec qui vous allez passer tout le reste de votre vie.

 

  1. Postérité

Ps.25. « 12. Si quelqu’un respecte le SEIGNEUR, le SEIGNEUR lui montre quel chemin choisir.13Il vivra dans le bonheur, et ses enfants posséderont le pays. »

Cherchez la sagesse de Dieu qui est de craindre Dieu pour que vos enfants de génération en génération soient bénies.

  1. Décisions

Avant de parler et/ou agir, la sagesse nous demande à faire appel à elle. Nous sommes souvent empêcher par un genre de filtre, que le péché a lui-même créé dans nos vies. Cela étant présenté par nos soucis, nos souffrances…et qu’il se trouve qu’on ne fait pas de bonnes décision.

Pr.18.13 Qui répond avant d’avoir écouté montre sa bêtise et se couvre de ridicule.

Et la sagesse nous aidera (Jc.1.5), va nous guider (Pr.3.4-6). Il est important de prier, faire appel à la sagesse (Lc.16.12). Et finalement, surtout faire preuve d’humilité (Ps.25.9).

 

 

CONCLUSION

 

1.       La Sagesse et Jésus-Christ

 

Depuis que nos premiers parents ont péché dans ce Jardin (avoir mangé le fruit de la Connaissance du bien et du mal), l’homme n’a fait qu’appel à sa propre sagesse. Le péché n’a fait que se conforter en lui sa prise de position d’être une créature qui n’avait aucunement besoin de la Sagesse divine. Il se dit qu’il n’a confiance qu’en l’homme, que l’homme peut très bien réfléchir ou de faire des décisions sans Dieu. On peut voir en lieu un autre attribut de Dieu, celui de créer. Regardons tout autour de nous ce que l’homme a inventé  par son intelligence : des machines, des maisons, de la technologie de pointe, de la commercialisation…etc. L’homme ne veut plus compter sur son Créateur pour lui dicter ce qui est bien ou ce qui est mal. Et, ce qui est malheureux, ce que bien souvent ce que l’Homme appelle « bien » c’est mal pour Dieu et ce qu’il appelle « mal » c’est bien pour Dieu.  Oui, l’Homme ne veut plus rien à faire avec la Sagesse de Dieu. Pourtant c’est elle qui a toutes ses qualités que nous avons vu précédemment, la vérité ; la prudence et connaissance ; le conseil…je ne vais pas encore toutes les énumérer.

Dieu nous interpelle encore ce matin, comment y encore bénéficier de ces qualités que nous procure la Sagesse de Dieu ? Il nous demande simplement de tourner son regard en Son Fils Unique Jésus-Christ. Jésus-Christ Lui-même est la Sagesse. Il dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn.14.6).  Reconnaissons notre incapacité d’avoir la sagesse et que sans Lui nous ne pouvons rien faire. Il nous suffit de le reconnaître dans notre cœur qu’Il notre Sauveur, Seigneur et que par Lui nous aurons la Sagesse. L’apôtre Paul aux Ro.12.2 : 2Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. Ce verset nous montre de ne pas se laisser guider par la sagesse humaine, demande à se transformer par le renouvelle de l’intelligence, que nous apporte cette Sagesse qui Jésus lui-même.

L’apôtre Jacques aussi dit : 5Si quelqu’un parmi vous manque de sagesse, il doit la demander à Dieu, et Dieu lui donnera cette sagesse. En effet, Dieu donne à tous généreusement, sans faire de reproches. Et de le demander au Nom du Seigneur Jésus.

 

2. Bémol : Pourtant crainte de Dieu mais malheur quand même

 

Un message qui vous ait adressé spécialement à vous les jeunes, les enfants ce matin, mais aussi à nous les adultes (les grandes personnes). Je ne peux savoir si vous avez déjà fait ce pas avec Jésus-Christ. Mais de nos jours, sont nombreux des serviteurs de Dieu prêchent ce message, de venir à Jésus, il est la Sagesse et vous aurez énormément de richesses et de bénédictions, qu’on appelle l’Evangile de prospérité. Mais qu’en est-il de chrétiens qui se sont donnés au Christ, et qu’une seule chose c’est d’obtenir que des bénédictions. Hélas, des chrétiens bien qu’ils aient acceptés Christ, qui se sont donnés corps et âme, ne sont pas épargnés des souffrances, de maladies, de guerres, d’esclavage  moderne, de persécutions (le livre de Job nous en apprend tellement, ainsi que des vies de prophètes)….Et Jésus veut simplement nous assurez de porter sa croix :  « quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suis pas, ne peut être mon disciple. » Luc: 14.27. Et il ajoute, « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » Jn.16.33.

Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la  faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. 1 Corinthiens: 1.25.

C’est Dieu qui fait croître !

INTRODUCTION

Pas plus tard qu’en fin de semaine dernière je fus convoqué par mes supérieurs hiérarchiques, mon directeur du magasin et mon Responsable Univers (RU). Il fallait leur donner une explication par rapport à un moulinet de pêche qui n’a pas été encaissé. Grande fut ma colère après mon RU, « non pour qui il se prend de m’accusé de voleur ». Mes parents ne m’ont jamais éduqué ainsi. Je me souviens encore quand maman était entrée un jour dans un fourgon de flics pour triquer un de mes frères, sans même que les agents aient eu le temps de s’expliquer ». Ces derniers ramenaient tout simplement mon frère à la maison, il n’était même pas coupable d’un vol d’un vélo.  Il était juste allé pomper ses roues à la station.

Avant cette convocation, je m’étais quand même préparé, j’ai quand même signalé un de mes collègues qui était notre référent de notre groupe d’adhérents syndical. Et, lors de la convocation, je leur ai juste fait comprendre, que j’avais eu une erreur de communication avec la caissière, en pensant qu’elle a veillé à ce que le moulinet qui était monté sur la canne à pêche soit bien encaissé. Au final, J’en suis sorti indemne de cette convocation, pas d’avertissement, ce qui m’aurait évité le pire…

C’est en lisant le passage de L’Evangile selon Saint Luc au Ch. 16  qui m’a amené à introduire mon message pour aujourd’hui. Et, j’avoue que ce passage, j’ai eu du mal à le comprendre, et est-ce que je l’ai complètement compris et assimilé jusqu’à ce jour ? En semaine, j’en ai discuté un peu avec mon frère Jéziel, on s’est un penché dessus mais personnellement c’est encore hors de mon entendement. J’avais en parlé aussi  avec un frère en Christ, qui est agent de sécurité à mon travail. Je lui ai donné le texte à lire pour qu’il me fasse un retour, je ne l’ai pas revu, n’ayant pas les mêmes heures de travail. Par contre, quand je lui ai parlé de ce texte, il me disait : «  c’est bien que ce soit des textes qui ne sont pas courants, notamment pour des paraboles, ça casse les habitudes, et Dieu nous enrichit à travers cela ».

Après un texte ou un mixte de textes qui nous sommes donnés pour chaque dimanche, on peut y en tirer plusieurs leçons, comme un diamant possédant plusieurs facettes. La facette que je voudrais vous partager ce matin est celle que c’est « Dieu qui fait croitre » et derrière ce mot on peut en dire d’avantage, ce que nous verrons par la suite, d’ailleurs  c’est le titre que j’ai donné à mon message.

Vous traversez certainement de dures situations aujourd’hui, comme cela été pour moi à travers ma convocation. Mais je voudrais vous rassurer que c’est Dieu qui fait « croître », c’est qui a le dernier mot pour nous en sortir et, nous donner la bénédiction.

Cependant, Dieu agit que si nous aussi nous reconnaissons avoir notre part de responsabilité. Oui, Dieu agit si nous avons planté, Dieu agit si nous avons arrosé.

Alors quelles attitudes devrions-nous avoir si nous voulons que Dieu agisse et nous bénisse ?

Trois points que je voudrais vous partager ce matin :

  • Le premier point, Dieu nous demande de reconnaître notre IMPUISSANCE (notre culpabilité, notre malhonnêteté, notre erreur).
  • Le deuxième point, Dieu nous demande d’AGIR.
  • Le troisième point, Dieu seul fait croître, fait sa VOLONTE.

Et ensuite je conclurai mon message, en vous redonnant un bref récapitulatif de ce que nous aurons vu ensemble. Et que ces paroles d’encouragements nous puissions les saisir dans nos cœurs pour pouvoir les mettre en application pour notre marche chrétienne.

 

  1. PREMIER POINT : RECONNAITRE SON IMPUISSANCE

 

  • La culpabilité
  1. Dans Lc.16 

Le gérant reconnait sa culpabilité. Des gens sont venus rapporter au maître de la maison que ses biens sont dilapidés par son gérant.

Cela m’a fait penser à l’histoire du test des 3 passoirs du philosophe grec Socrate. Quelqu’un vient lui raconter une histoire sur son ami, alors il l’arrête et lui fait passer le test des 3 passoires : la  première sur la VERITE, la deuxième sur la BONTE et la troisième sur l’UTILITE.

1ère passoire, la VERITE :

  • Est-ce que ce que tu me raconte est vrai ? demande Socrate.
  • Non, lui répond cette personne, c’est quelqu’un qui m’a raconté.
  • Ok, donc tu n’es pas sûr si c’est vrai
  • Oui, c’est ça !

2ème,  la BONTE :

  • Est-ce que ce que tu me rapportes est quelque chose de bon sur mon ami ?
  • Euh, à vrai dire non.
  • Si déjà tu n’es pas sûr que l’histoire soit vraie et si c’est une mauvaise chose sur mon ami,

3ème , sur l’UTILITE :

alors en quoi cela pourrait m’être utile ?

  • Non, je ne pense pas qu’elle ne te serait pas utile.

La personne repartit sans dire un mot de plus et fut toute confuse.

Mais dans ce passage, les actions du gérant étaient vraies, n’étaient pas bonnes et l’information lui était d’une grande utilité pour le  maître, puisqu’il perdait une grande part de ses biens.

Le gérant a reconnu ses erreurs, qu’il était coupable est impuissant face à cela et, que le licenciement risquait de lui tomber dessus.

 

  • Victime d’une injustice

 

  1. Dans le Ps.63

Le psalmiste, le roi David se trouve dans le désert de Juda, Il peut  avoir très soif physiquement mais aussi bien que spirituellement. Au verset 2, « mon âme a soif de toi, mon corps a besoin de toi comme une terre sèche, assoiffé sans eau ».

Aux verset 10, des personnes cherchent a lui ôter la vie. Au verset 12, il dit que Dieu fermera la bouche des menteurs. Le roi n’ont peut plus des personnes ingrates. C’est du à ces mauvais agissements de ses adversaires qu’il se retrouve assoiffé physiquement et spirituellement. Donc, il se reconnait s’être retrouvé dans une impasse.

Bienfait

  1. DEUXIEME POINT : APPEL A L’ACTION

 

  • L’habileté

 

  1. Dans Lc. 16
Définition : Facilité, disposition, qualité qui rend propre à faire certaines choses, à réussir dans certaines actions, (en particulier en utilisant ses mains).

 

Au verset 8, c’est l’habileté de ce gérant qui a primé par rapport à son malhonnêteté aux yeux de son maître. Pourtant, il est coupable pour la mauvaise administration des biens de son seigneur. En tout cas, il ne s’est pas reposer sur ses lauriers, il a usé d’habileté. Une autre traduction que j’ai retrouvée dans la BES : Le maître « donna son « vu et approuvé » au filou d’intendant car le malin s’y est bien pris ».

Encore dans la BES: En diminuant les dettes des débiteurs de son maître, le gérant espère être accueilli en retour par eux, et donc assure son avenir.

Ce gérant a pris peur d’être renvoyé, au verset 3, il s’est dit que s’il était renvoyé, il ne saurait subvenir à ses besoins, il ne connait pas travailler la terre et mendier pour lui ce serait une honte.

Alors, il a dû anticiper, il va faire du bien aux endettés pour espérer être accueilli par eux après son licenciement.

Donc Jésus nous interpelle à travers cette parabole au verset 8 que les « enfants de ce monde comprennent bien le fonctionnement de ce monde alors que les enfants de la lumière ne comprennent pas le fonctionnement du Royaume.

Il disait  à ses disciples : « Dieu vous donne à vous, de connaitre les vérités cachées du royaume des cieux, mais il ne donne pas cela aux autres ».Mt .13.11. (« Celui qui a des oreilles, qu’il entende ». Mt.13.9.). Mais d’autre part, il ajoute aussi : « si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerez des choses célestes ? Jn.3.12.

Toutefois, ce qui est frappant, ce même Jésus, notre maître au verset 9, nous recommande de se faire des amis avec des richesses injustes. Comment cela se fait-il, lui qui a chassé les vendeurs dans le temple (« Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs » Lc.19.46) ou qui dit de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César ! » Mt.22.21. C’est un texte qui est assez paradoxal (paradoxe : une proposition qui contient ou implique une contradiction). Mais que Dieu puisse nous donner à tout à chacun la sagesse ainsi de nous éclairer sur ce texte afin de le servir selon sa volonté.

 

  • L’intercession

« Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses faîtes connaitre vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. » Ph.4.6.

Intercéder, c’est aussi une façon d’agir. Le roi David se trouve dans une situation de désarroi, il intercède auprès de Dieu. Au verset 4, il dit « car ta bonté vaut mieux que la vie », dans d’autres versions de la Bible on parle de Son amour, de sa fidélité qui valent mieux que la vie.

Il admire la puissance et la gloire de son Dieu (v.2), son âme est rassasiée comme des mets gras et succulents. Et, avec des cris de joie, sa bouche célèbre l’Eternel (v.6).

A la suite, il est rassuré, même lorsqu’il s’endort, il médite sur Dieu pendant les veilles[i] de la nuit (v.7). Dieu est son secours et il est dans l’allégresse à l’ombre de Ses ailes (v8). Cette image de cette poule protectrice qui protège ses poussins sous ses ailes.

Finalement, il veut rester fermement attaché à Dieu, car Sa droite (sa puissance) le soutient (v9).

 

  • Comparaison avec un cultivateur

Dans le passage de la première épitre de l’apôtre Paul aux Corinthiens au Chapitre 3, verset 7, Paul donne l’image de l’action d’un cultivateur. Le croyant, disciple de Jésus, doit planter la Parole de Dieu dans les cœurs et aussi l’arroser et, ajoute qu’on n’ait pas le pouvoir de faire pousser si ce n’est seulement Dieu.

Mais en tout cas, il faut agir, les personnes ne viennent pas au Seigneur si nous n’avons pas annoncé Christ, Christ crucifié. « Comment donc invoqueront-ils  Celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en Celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? » Ro.10.14.

 

  • TROISIEME POINT : DIEU QUI FAIT CROITRE

 

  • Face l’habileté

Le maître dans la parabole n’a pris pour compte que l’habileté de son gérant, sa malhonnêteté a été effacée.

On pourrait l’interpréter selon différentes façons :

  • Le gérant diminue les dettes aux débiteurs sans que le maître le sache, pour être sûr d’être accueilli après son renvoi.
  • Le gérant diminue leur dette et, paiera le reste de leur dette.
  • Le gérant ne dilapide  pas l’argent de son maître mais ne fait que diminuer le taux d’intérêt anormalement élevés.

Et quand Jésus déclare : « si vous avez des richesses entachés d’injustices, utilisez-lez pour vous faire des amis ». Toutes choses passeront un jour, y compris les richesses de ce monde, les avons-nous utilisés avec bon escient pour faire avancer le Royaume de Dieu, mais si elles étaient injustes ? Jésus nous recommande de le faire afin que quand tout disparaîtra (ces amis[ii] nous recevront ou) nous seront accueillis dans les demeures éternelles.

On pourrait dire de ce gérant qu’il méritait d’être renvoyé, incapable qu’il était de gérer les affaires de son maître. Mais qui de nous sommes mieux placés pour juger, si ce n’est que Dieu qui juge. « Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre ; mais toi qui es-tu, qui juges le prochain ? » Ja.4.12.

 

  • Face à l’intercession

« Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ » Ph.4.7

Dieu répond suite à l’intercession de son serviteur David. Est-ce une façon aussi pour Dieu de faire croître, donner de la paix ? Son âme est rassasiée, son cœur goûte le bonheur comme une nourriture délicieuse (v.6).

Une façon de Dieu de faire croître c’est qu’il intervient en faveur de son serviteur. Il est protégé sous Ses ailes protectrice, Dieu chasse les ennemis jusqu’aux profondeurs de la terre (v.10). Aux v.11, ses antagonistes livrés au glaive et devenus la proie des chacals. Et le roi se réjouira en Dieu (v.12).

 

CONCLUSION

Pour conclure, j’aimerai faire ce récapitulatif, que le Seigneur puisse nous aider à comprendre et à assimiler sa Parole tout au fond de notre être et de pouvoir l’appliquer.

Le premier point, celui de se reconnaître impuissant. Dieu dit à l’ap. Paul : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse ». 2 Co.12.9

On est peut-être aujourd’hui impuissant face à une dure épreuve qu’on traverse, face à une maladie ou peut-être un problème financier, quoique ce soit que nous ayant. Nous ne voyons pas de bout du tunnel, pour nous ce n’est plus possible, on a même tout essayé et nous nous retrouvons devant un « mur infranchissable ». Dieu nous demande ce matin d’arrêter de lutter en vain, de reconnaitre son impuissance, et d’accepter que sans Lui nous ne pouvons rien faire.

Le deuxième point, certes nous voilà dans nos épreuves et nos difficultés, or Dieu nous demande d’agir, comme ce fameux proverbe « aide toi, le Ciel t’aidera [iii]» Jean de La Fontaine. Comment voulons que Dieu puisse agir et faire croitre  notre service si nous n’agissons pas d’abord ? Oui, à nous de semer, à nous de planter et aussi d’arroser et Dieu se sera son affaire et selon sa volonté de faire « croître ».

A travers la parabole, Jésus dit que les gens du monde sont plus habiles entre eux que les enfants de lumière, ils comprennent bien le fonctionnement de ce monde (Lc.16.8). Et nous chrétiens sommes-nous d’actualité comme ses gens du monde ? Agissons-nous avec habileté ? Si nous n’arrivons pas à nous mettre en phase avec eux, comment comprendrons-nous le fonctionnement du royaume de Dieu ?  Agir c’est aussi avoir cette ouverture d’esprit de se dire que nous avons beaucoup à apprendre de ces gens de ce monde. Ensuite comme ces gens connaissent le fonctionnement de ce monde comme le fond de leur poche. En apprenant d’eux, nous connaîtrons d’avantage le Royaume de Dieu comme le fond de sa poche. En agissant ainsi, nous serons reçus dans les tabernacles éternels.

Dans notre marche de serviteurs de Dieu, nous avons semé, nous avons planté, nous avons arrosé, mais qui de nous peut faire « croître », seul Dieu. Mais une chose est sûr c’est que Dieu n’agira que si nous n’avons pas eu d’abord la volonté d’agir et surtout pour l’avancement de son Royaume.

 

 

 

[i] une certaine partie de la nuit, dans la division qu’en faisaient les anciens

[ii] Peut-être des amis qui ne sont pas forcément croyants au départ, qui un jour ont rencontré Christ et nous accueilleront au ciel.

[iii] LE CHARTIER EMBOURBÉ *

Le phaéton (1) d’une voiture à foin
Vit son char embourbé. Le pauvre homme était loin
De tout humain secours. C’était à la campagne
Près d’un certain canton de la basse Bretagne,
Appelé Quimper-Corentin. (2)
On sait assez que le Destin
Adresse là les gens quand il veut qu’on enrage :
Dieu nous préserve du voyage ! (3)
Pour venir au Chartier embourbé dans ces lieux,
Le voilà qui déteste et jure de son mieux,
Pestant, en sa fureur extrême,
Tantôt contre les trous, puis contre ses Chevaux,
Contre son char, contre lui même.
Il invoque à la fin le Dieu dont les travaux
Sont si célèbres dans le monde :

Hercule, lui dit-il, aide-moi ; si ton dos
A porté la machine ronde,
Ton bras peut me tirer d’ici
Sa prière étant faite, il entend dans la nue
Une voix qui lui parle ainsi :
Hercule veut qu’on se remue,
Puis il aide les gens. Regarde d’où provient
L’achoppement qui te retient.
Ôte d’autour de chaque roue
Ce malheureux mortier, cette maudite boue
Qui jusqu’à l’essieu les enduit.
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit.
Comble-moi cette ornière. As-tu fait ? Oui, dit l’homme.
Or bien je vas t’aider, dit la voix : prends ton fouet.
Je l’ai pris. Qu’est ceci ? mon char marche à souhait.
Hercule en soit loué. Lors la voix : Tu vois comme
Tes Chevaux aisément se sont tirés de là.
Aide-toi, le Ciel t’aidera.