Hosanna ! Béni soit celui LE SERVITEUR qui vient au nom du Seigneur

serviteur-de-dieu

INTRODUCTION

Nous sommes à l’aube de la fête de Pâques. Pâques étant l’une des plus importantes fête dans le christianisme. Le Seigneur Jésus a accompli pleinement sa mission, donnant sa vie à la croix, afin de nous sauver de l’emprise du péché.

Avant son sacrifice à la croix, Jésus-Christ, fait une entrée triomphale à Jérusalem. Le peuple a entendu parler de ses miracles (y compris celui de la résurrection de Lazare). Ils le célèbrent en posant des rameaux, des vêtements sur son passage. Le messie n’est pas sur un grand cheval blanc et armé jusqu’aux dents pour agir avec violence contre l’oppresseur romain, comme nombreux  juifs l’ont espéré. Dans Es.42.2 : «2 Il ne crie pas, il ne parle pas fort, on n’entend pas sa voix dans la rue.». Le messie est sur le petit d’une ânesse. La foule l’acclame : 38Ils disent : « Que Dieu bénisse le roi qui vient en son nom ! Paix dans le ciel et gloire à Dieu au plus haut des cieux ! » Lc.19. Comme l’ange qui s’était écrié après avoir annoncé aux bergers  lors de la naissance de Jésus à Bethleem, 14 « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre paix à ceux que Dieu aime ! » Lc.2. A Noël, Jésus-Christ arrive dans le monde, et à Pâques, il est glorifié de finir sa mission ici-bas. Il est célébré par sa mort et aussi par sa résurrection, il nous donne la vie éternelle à quiconque croit en Lui (Jn.3.16).

Certes, chaque année nous commémorons les Rameaux et la Pâque. Mais ce matin, je voudrais m’arrêter sur le service que nous rendons à notre Dieu. Nous sommes pour certains impliqués dans des associations, des œuvres au service du SEIGNEUR ou au service à notre société, dans notre travail ou tout simplement au sein de notre famille, étant notre première église. Où en sommes-nous actuellement sur le service que nous rendons ? A quelle échelle le mettriez-vous, de 1 à 10. A 1 ou à 5…etc.

Par rapport à ces textes qui nous sont donnés ce matin, j’en ressortirai 3 points.

Le premier, où je voudrais présenter le serviteur, notamment à travers le livre d’Esaïe, le prophète du royaume de Juda (à partir de 740 av. JC).

Le deuxième, quel épreuve traverse-t-il un serviteur. Quel en est l’exemple de service que ce serviteur nous montre ?  Son attitude lors de cette situation déplorable ? Pourquoi reste-il fidèle à cette mission ?

Le troisième, que je l’utiliserai en guise de conclusion. Dans un contexte pascal, je vous fais un appel à reconnaître la personne-même de Jésus-Christ étant le modèle incontestable de serviteur. 

 

  • I.                    Le serviteur
  1.  50.4-9IMG_20171215_203020.jpg

A. Situation du passage

Ce passage est le 3ème chant du serviteur (50.4-11). Le prophète présente le serviteur de l’Eternel dans  4 chants dont le 4ème (52.13-53.12), le plus connu, un message évangélique, donc repris dans le N.T : Jn.1.29 « l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (v // Es.53.7 « semblable à un agneau ». Je vous invite à lire  et méditer  ce quatrième chant à la maison : Es.52.13 à Es.53.12.

B. Brève contexte :

Le prophète Esaïe vit dans un contexte déplorable. Il n’a pas cessé de faire passer son message aux rois qui se sont succédés dans le royaume de Juda de rester confiant en leur Dieu. Même s’ils vivent dans l’oppression d’une puissance qu’ils ne cherchent  pas de coalition avec d’autres rois (surtout païens), mais qu’ils comptent sur l’Eternel.

C. Qui est ce serviteur ?

La  BES nous parle de l’identification de ce serviteur comme étant controversée. Il peut s’agir d’une personnification  du peuple d’Israël ou du roi Cyrus (roi de Babylone) qui permettra à Esdras de retourner avec le peuple exilé pour reconstruire Jérusalem, ou encore le roi messianique. Le NT l’a identifié à Jésus-Christ.

Et l’interprétation soutenue est le serviteur Emmanuel au chap. 7 de ce livre : « 14C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.»

L’expression « mon serviteur » revient à plusieurs reprises dans ce livre des chap.41 à 53. Il peut s’agir tantôt du peuple d’Israël, tantôt d’un individu. Ce titre qui est aussi attribué à Moïse (Ex.14.31 : Alors ils reconnaissent que le SEIGNEUR est grand. Ils mettent leur confiance en lui et en Moïse, son serviteur. ) et à David. David étant l’auteur du Psaume 92, dont on réalise encore qu’il se comporte en serviteur de l’Eternel.

Le prophète Zacharie associera le serviteur au titre messianique : la « germe ». Le serviteur est le «  messie-germe ».

(On retrouve la même association, habitation de l’Esprit et établissement de la justice). 

  1. Psaume 92

David qui est roi, mais qu’il est ni plus ni moins qu’un serviteur de l’Eternel. Le prophète Samuel l’a oint d’huile. Et depuis cet onction, David fut habité par l’Esprit saint et reçoit la mission d’établir la justice.

II. Le service et combat du serviteur

 1. La description du service

État, fonctions, devoirs de quelqu’un qui sert une personne ou une collectivité. (Par analogie) Se dit, à un mariage, des jeunes gens et des jeunes filles qui accompagnent les mariés à l’autel.

A. Esaïe 50

i. Ses fonctions

  • Au v. 4, Dieu enseigne les paroles à son serviteur. Et par la suite, ce dernier encourage celui qui n’a plus de force. Il est dit que l’enseignement se fait le matin. Passons-nous du temps dans la méditation dès le matin ? Après, c’est une façon de dire pour le matin, mais recevoir l’enseignement de Dieu se fait en permanence. Ne pas être un chrétien que du dimanche.

ii. Attitude face aux détracteurs

a. Hors justice

  • L’attitude qu’il adopte, c’est celui d’un bon disciple. Au v.5, il ne résiste pas, n’est pas rebelle. Et encore, il ne recule pas (n’est pas retiré en arrière).

 

  • Série de martyr (v.6-7). Il présente son dos pour qu’on le frappe. Il tend ses joues pour qu’on lui arrache la barbe. Il ne protège pas son visage tandis qu’on lui crache dessus. Il rend son visage dur comme pierre. De toute façon Dieu vient à son secours c’est pourquoi leurs insultes ne le touchent pas.

b.Justice

  • Le serviteur a confiance que Dieu lui donne raison car il est près de lui.

 

  • Dans une affaire de justice, il est serein (v.8-9). Des questions qui peuvent être répétitifs : « qui veut me faire un procès ? » ; « qui veut m’accuser ; « qui peut alors me condamner ? ».

Pour lui ses ennemis s’useront comme un vêtement mangé par les vers.

c.Crainte de Dieu

Un appel à écouter son serviteur, qui lui est Jésus-Christ Lui-même.

d.Confiance

Après si on marche dans la nuit sans voir aucune lumière, un appel à mettre sa confiance dans le Seigneur et s’appuyer sur son Dieu.

e.Le sort des ennemis

Les malfaiteurs tomberont encore dans la douleur de leurs propres armes d’attaque, ici le feu  et des flèches de flammes.

B.Ps.92

i. Ses fonctions

a. Adoration

  • Le serviteur est un adorateur en Esprit et en vérité. Aux v.2 et 3, il remercie le Seigneur et chante le Dieu très haut. Il annonce l’amour de Dieu, le matin et la fidélité de Dieu, la nuit. Tout cela avec des instruments de musique : lyre à 10 cordes, la harpe (comme David l’utilisait bien) et au son de la cithare.

 

  • Il se réjouit notamment des actions de son Dieu. Il crie de joie devant le travail de ses mains (contemple la création). Pour lui grandes sont les actions divines et ses pensées profondes (insondables sont ses desseins).

 

  • Il proclame combien l’Eternel est droit, au v.16 : « il est mon rocher, on ne trouve en lui aucune injustice ».

ii. Attitude face aux détracteurs

a. Les insensés

C’est l’opposé au serviteur (v.7-8). Ils sont stupides, manquent de sagesse n’y comprennent rien. Ils sont comparé à de l’herbe. Ils sont florissant, c’est pour périr à jamais (Es.40.8 : L’herbe sèchela fleur tombe ; Mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement). Leur devoir est d’attaquer le juste serviteur, v.12.

b. Les armes du serviteur représenté par des comparaisons

  • A son serviteur dépourvu de force, Dieu l’équipe de la force et la vigueur d’un buffle. Un buffle peut peser jusqu’à plus d’une tonne et peut faire fuir ses prédateurs.
  • Il est oint d’une huile parfumé, qui est signe d’accueil, d’honneur et de joie. On peut voir que le serviteur reçoit l’habitation de l’Esprit saint.

 

  • Justice :

Il grandit comme un palmier et se développe comme un cèdre du Liban, à condition s’il obéit  à Dieu et ses commandements.

Les versets : 14 à 16 :

14Bien plantés dans ta maison, Eternel,
ils fleurissent sur les parvis de ton temple, notre Dieu.
15Ils seront féconds jusqu’en leur vieillesse et ils resteront pleins de sève et de vigueur,

16ils proclameront combien l’Eternel est droit :
il est mon rocher, on ne trouve en lui aucune injustice.

 

CONCLUSION

Dans le développement de mon message,   j’ai tenu à souligner fonctions et l’attitude d’un serviteur face à l’opposition. Les fonctions qui sont les suivantes : établir la justice ; encourager le faible (avec l’enseignement de Dieu) et l’adoration.

Et les qualités qu’on retrouve dans l’attitude d’un serviteur : la discipline, endurance, le sacrifice (porter sa croix), la confiance, la crainte de Dieu, la force de Dieu et l’obéissance.

Après les fonctions en sont une chose, mais il faut avoir les qualités. Et nous ne devenons pas serviteur efficace d’un claquement de doigt. Il faut reconnaître le Seigneur Jésus-Christ comme son sauveur et Seigneur. Et c’est en cette période de pascal, qu’il faudrait être attentif à l’appel de notre Dieu. Si vous vous dîtes serviteurs de Dieu, c’est que vous avez accepté le Fils de Dieu dans votre vie. La foi est la porte à franchir pour pouvoir acquérir les qualités d’un serviteur.

Et une fois que cette porte soit franchie, il ne faut pas penser que la vie chrétienne serait un long fleuve tranquille. Non, Jésus a dit : 26« Celui qui vient à moi doit m’aimer plus que son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs et même plus que sa vie. Sinon, cette personne ne peut pas être mon disciple.27Celui qui ne porte pas sa croix et qui ne me suit pas, celui-là ne peut pas être mon disciple.Lc.14.

Cependant, nous avons tous à y gagner lorsque que décidons de devenir serviteur du Seigneur.  Nous recevons la vie éternelle, car le salaire du péché, la mort ; le don gratuit, le vie éternelle. Jésus nous aussi : «28 Venez àmoi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » et ajoute : 29Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.30Car mon joug est doux, et mon fardeau léger ». Matthieu: 11.

Et bien plus Jésus ajoutera à ses disciples après le lavement des pieds : Je ne vous appelle plus serviteurs. En effet, le serviteur ne sait pas ce son maître fait. Je vous appelle mes amis parce  que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père. Lc.15.15.

Nicodemus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s