C’est Dieu qui fait croître !

INTRODUCTION

Pas plus tard qu’en fin de semaine dernière je fus convoqué par mes supérieurs hiérarchiques, mon directeur du magasin et mon Responsable Univers (RU). Il fallait leur donner une explication par rapport à un moulinet de pêche qui n’a pas été encaissé. Grande fut ma colère après mon RU, « non pour qui il se prend de m’accusé de voleur ». Mes parents ne m’ont jamais éduqué ainsi. Je me souviens encore quand maman était entrée un jour dans un fourgon de flics pour triquer un de mes frères, sans même que les agents aient eu le temps de s’expliquer ». Ces derniers ramenaient tout simplement mon frère à la maison, il n’était même pas coupable d’un vol d’un vélo.  Il était juste allé pomper ses roues à la station.

Avant cette convocation, je m’étais quand même préparé, j’ai quand même signalé un de mes collègues qui était notre référent de notre groupe d’adhérents syndical. Et, lors de la convocation, je leur ai juste fait comprendre, que j’avais eu une erreur de communication avec la caissière, en pensant qu’elle a veillé à ce que le moulinet qui était monté sur la canne à pêche soit bien encaissé. Au final, J’en suis sorti indemne de cette convocation, pas d’avertissement, ce qui m’aurait évité le pire…

C’est en lisant le passage de L’Evangile selon Saint Luc au Ch. 16  qui m’a amené à introduire mon message pour aujourd’hui. Et, j’avoue que ce passage, j’ai eu du mal à le comprendre, et est-ce que je l’ai complètement compris et assimilé jusqu’à ce jour ? En semaine, j’en ai discuté un peu avec mon frère Jéziel, on s’est un penché dessus mais personnellement c’est encore hors de mon entendement. J’avais en parlé aussi  avec un frère en Christ, qui est agent de sécurité à mon travail. Je lui ai donné le texte à lire pour qu’il me fasse un retour, je ne l’ai pas revu, n’ayant pas les mêmes heures de travail. Par contre, quand je lui ai parlé de ce texte, il me disait : «  c’est bien que ce soit des textes qui ne sont pas courants, notamment pour des paraboles, ça casse les habitudes, et Dieu nous enrichit à travers cela ».

Après un texte ou un mixte de textes qui nous sommes donnés pour chaque dimanche, on peut y en tirer plusieurs leçons, comme un diamant possédant plusieurs facettes. La facette que je voudrais vous partager ce matin est celle que c’est « Dieu qui fait croitre » et derrière ce mot on peut en dire d’avantage, ce que nous verrons par la suite, d’ailleurs  c’est le titre que j’ai donné à mon message.

Vous traversez certainement de dures situations aujourd’hui, comme cela été pour moi à travers ma convocation. Mais je voudrais vous rassurer que c’est Dieu qui fait « croître », c’est qui a le dernier mot pour nous en sortir et, nous donner la bénédiction.

Cependant, Dieu agit que si nous aussi nous reconnaissons avoir notre part de responsabilité. Oui, Dieu agit si nous avons planté, Dieu agit si nous avons arrosé.

Alors quelles attitudes devrions-nous avoir si nous voulons que Dieu agisse et nous bénisse ?

Trois points que je voudrais vous partager ce matin :

  • Le premier point, Dieu nous demande de reconnaître notre IMPUISSANCE (notre culpabilité, notre malhonnêteté, notre erreur).
  • Le deuxième point, Dieu nous demande d’AGIR.
  • Le troisième point, Dieu seul fait croître, fait sa VOLONTE.

Et ensuite je conclurai mon message, en vous redonnant un bref récapitulatif de ce que nous aurons vu ensemble. Et que ces paroles d’encouragements nous puissions les saisir dans nos cœurs pour pouvoir les mettre en application pour notre marche chrétienne.

 

  1. PREMIER POINT : RECONNAITRE SON IMPUISSANCE

 

  • La culpabilité
  1. Dans Lc.16 

Le gérant reconnait sa culpabilité. Des gens sont venus rapporter au maître de la maison que ses biens sont dilapidés par son gérant.

Cela m’a fait penser à l’histoire du test des 3 passoirs du philosophe grec Socrate. Quelqu’un vient lui raconter une histoire sur son ami, alors il l’arrête et lui fait passer le test des 3 passoires : la  première sur la VERITE, la deuxième sur la BONTE et la troisième sur l’UTILITE.

1ère passoire, la VERITE :

  • Est-ce que ce que tu me raconte est vrai ? demande Socrate.
  • Non, lui répond cette personne, c’est quelqu’un qui m’a raconté.
  • Ok, donc tu n’es pas sûr si c’est vrai
  • Oui, c’est ça !

2ème,  la BONTE :

  • Est-ce que ce que tu me rapportes est quelque chose de bon sur mon ami ?
  • Euh, à vrai dire non.
  • Si déjà tu n’es pas sûr que l’histoire soit vraie et si c’est une mauvaise chose sur mon ami,

3ème , sur l’UTILITE :

alors en quoi cela pourrait m’être utile ?

  • Non, je ne pense pas qu’elle ne te serait pas utile.

La personne repartit sans dire un mot de plus et fut toute confuse.

Mais dans ce passage, les actions du gérant étaient vraies, n’étaient pas bonnes et l’information lui était d’une grande utilité pour le  maître, puisqu’il perdait une grande part de ses biens.

Le gérant a reconnu ses erreurs, qu’il était coupable est impuissant face à cela et, que le licenciement risquait de lui tomber dessus.

 

  • Victime d’une injustice

 

  1. Dans le Ps.63

Le psalmiste, le roi David se trouve dans le désert de Juda, Il peut  avoir très soif physiquement mais aussi bien que spirituellement. Au verset 2, « mon âme a soif de toi, mon corps a besoin de toi comme une terre sèche, assoiffé sans eau ».

Aux verset 10, des personnes cherchent a lui ôter la vie. Au verset 12, il dit que Dieu fermera la bouche des menteurs. Le roi n’ont peut plus des personnes ingrates. C’est du à ces mauvais agissements de ses adversaires qu’il se retrouve assoiffé physiquement et spirituellement. Donc, il se reconnait s’être retrouvé dans une impasse.

Bienfait

  1. DEUXIEME POINT : APPEL A L’ACTION

 

  • L’habileté

 

  1. Dans Lc. 16
Définition : Facilité, disposition, qualité qui rend propre à faire certaines choses, à réussir dans certaines actions, (en particulier en utilisant ses mains).

 

Au verset 8, c’est l’habileté de ce gérant qui a primé par rapport à son malhonnêteté aux yeux de son maître. Pourtant, il est coupable pour la mauvaise administration des biens de son seigneur. En tout cas, il ne s’est pas reposer sur ses lauriers, il a usé d’habileté. Une autre traduction que j’ai retrouvée dans la BES : Le maître « donna son « vu et approuvé » au filou d’intendant car le malin s’y est bien pris ».

Encore dans la BES: En diminuant les dettes des débiteurs de son maître, le gérant espère être accueilli en retour par eux, et donc assure son avenir.

Ce gérant a pris peur d’être renvoyé, au verset 3, il s’est dit que s’il était renvoyé, il ne saurait subvenir à ses besoins, il ne connait pas travailler la terre et mendier pour lui ce serait une honte.

Alors, il a dû anticiper, il va faire du bien aux endettés pour espérer être accueilli par eux après son licenciement.

Donc Jésus nous interpelle à travers cette parabole au verset 8 que les « enfants de ce monde comprennent bien le fonctionnement de ce monde alors que les enfants de la lumière ne comprennent pas le fonctionnement du Royaume.

Il disait  à ses disciples : « Dieu vous donne à vous, de connaitre les vérités cachées du royaume des cieux, mais il ne donne pas cela aux autres ».Mt .13.11. (« Celui qui a des oreilles, qu’il entende ». Mt.13.9.). Mais d’autre part, il ajoute aussi : « si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerez des choses célestes ? Jn.3.12.

Toutefois, ce qui est frappant, ce même Jésus, notre maître au verset 9, nous recommande de se faire des amis avec des richesses injustes. Comment cela se fait-il, lui qui a chassé les vendeurs dans le temple (« Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs » Lc.19.46) ou qui dit de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César ! » Mt.22.21. C’est un texte qui est assez paradoxal (paradoxe : une proposition qui contient ou implique une contradiction). Mais que Dieu puisse nous donner à tout à chacun la sagesse ainsi de nous éclairer sur ce texte afin de le servir selon sa volonté.

 

  • L’intercession

« Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses faîtes connaitre vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. » Ph.4.6.

Intercéder, c’est aussi une façon d’agir. Le roi David se trouve dans une situation de désarroi, il intercède auprès de Dieu. Au verset 4, il dit « car ta bonté vaut mieux que la vie », dans d’autres versions de la Bible on parle de Son amour, de sa fidélité qui valent mieux que la vie.

Il admire la puissance et la gloire de son Dieu (v.2), son âme est rassasiée comme des mets gras et succulents. Et, avec des cris de joie, sa bouche célèbre l’Eternel (v.6).

A la suite, il est rassuré, même lorsqu’il s’endort, il médite sur Dieu pendant les veilles[i] de la nuit (v.7). Dieu est son secours et il est dans l’allégresse à l’ombre de Ses ailes (v8). Cette image de cette poule protectrice qui protège ses poussins sous ses ailes.

Finalement, il veut rester fermement attaché à Dieu, car Sa droite (sa puissance) le soutient (v9).

 

  • Comparaison avec un cultivateur

Dans le passage de la première épitre de l’apôtre Paul aux Corinthiens au Chapitre 3, verset 7, Paul donne l’image de l’action d’un cultivateur. Le croyant, disciple de Jésus, doit planter la Parole de Dieu dans les cœurs et aussi l’arroser et, ajoute qu’on n’ait pas le pouvoir de faire pousser si ce n’est seulement Dieu.

Mais en tout cas, il faut agir, les personnes ne viennent pas au Seigneur si nous n’avons pas annoncé Christ, Christ crucifié. « Comment donc invoqueront-ils  Celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en Celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? » Ro.10.14.

 

  • TROISIEME POINT : DIEU QUI FAIT CROITRE

 

  • Face l’habileté

Le maître dans la parabole n’a pris pour compte que l’habileté de son gérant, sa malhonnêteté a été effacée.

On pourrait l’interpréter selon différentes façons :

  • Le gérant diminue les dettes aux débiteurs sans que le maître le sache, pour être sûr d’être accueilli après son renvoi.
  • Le gérant diminue leur dette et, paiera le reste de leur dette.
  • Le gérant ne dilapide  pas l’argent de son maître mais ne fait que diminuer le taux d’intérêt anormalement élevés.

Et quand Jésus déclare : « si vous avez des richesses entachés d’injustices, utilisez-lez pour vous faire des amis ». Toutes choses passeront un jour, y compris les richesses de ce monde, les avons-nous utilisés avec bon escient pour faire avancer le Royaume de Dieu, mais si elles étaient injustes ? Jésus nous recommande de le faire afin que quand tout disparaîtra (ces amis[ii] nous recevront ou) nous seront accueillis dans les demeures éternelles.

On pourrait dire de ce gérant qu’il méritait d’être renvoyé, incapable qu’il était de gérer les affaires de son maître. Mais qui de nous sommes mieux placés pour juger, si ce n’est que Dieu qui juge. « Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre ; mais toi qui es-tu, qui juges le prochain ? » Ja.4.12.

 

  • Face à l’intercession

« Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ » Ph.4.7

Dieu répond suite à l’intercession de son serviteur David. Est-ce une façon aussi pour Dieu de faire croître, donner de la paix ? Son âme est rassasiée, son cœur goûte le bonheur comme une nourriture délicieuse (v.6).

Une façon de Dieu de faire croître c’est qu’il intervient en faveur de son serviteur. Il est protégé sous Ses ailes protectrice, Dieu chasse les ennemis jusqu’aux profondeurs de la terre (v.10). Aux v.11, ses antagonistes livrés au glaive et devenus la proie des chacals. Et le roi se réjouira en Dieu (v.12).

 

CONCLUSION

Pour conclure, j’aimerai faire ce récapitulatif, que le Seigneur puisse nous aider à comprendre et à assimiler sa Parole tout au fond de notre être et de pouvoir l’appliquer.

Le premier point, celui de se reconnaître impuissant. Dieu dit à l’ap. Paul : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse ». 2 Co.12.9

On est peut-être aujourd’hui impuissant face à une dure épreuve qu’on traverse, face à une maladie ou peut-être un problème financier, quoique ce soit que nous ayant. Nous ne voyons pas de bout du tunnel, pour nous ce n’est plus possible, on a même tout essayé et nous nous retrouvons devant un « mur infranchissable ». Dieu nous demande ce matin d’arrêter de lutter en vain, de reconnaitre son impuissance, et d’accepter que sans Lui nous ne pouvons rien faire.

Le deuxième point, certes nous voilà dans nos épreuves et nos difficultés, or Dieu nous demande d’agir, comme ce fameux proverbe « aide toi, le Ciel t’aidera [iii]» Jean de La Fontaine. Comment voulons que Dieu puisse agir et faire croitre  notre service si nous n’agissons pas d’abord ? Oui, à nous de semer, à nous de planter et aussi d’arroser et Dieu se sera son affaire et selon sa volonté de faire « croître ».

A travers la parabole, Jésus dit que les gens du monde sont plus habiles entre eux que les enfants de lumière, ils comprennent bien le fonctionnement de ce monde (Lc.16.8). Et nous chrétiens sommes-nous d’actualité comme ses gens du monde ? Agissons-nous avec habileté ? Si nous n’arrivons pas à nous mettre en phase avec eux, comment comprendrons-nous le fonctionnement du royaume de Dieu ?  Agir c’est aussi avoir cette ouverture d’esprit de se dire que nous avons beaucoup à apprendre de ces gens de ce monde. Ensuite comme ces gens connaissent le fonctionnement de ce monde comme le fond de leur poche. En apprenant d’eux, nous connaîtrons d’avantage le Royaume de Dieu comme le fond de sa poche. En agissant ainsi, nous serons reçus dans les tabernacles éternels.

Dans notre marche de serviteurs de Dieu, nous avons semé, nous avons planté, nous avons arrosé, mais qui de nous peut faire « croître », seul Dieu. Mais une chose est sûr c’est que Dieu n’agira que si nous n’avons pas eu d’abord la volonté d’agir et surtout pour l’avancement de son Royaume.

 

 

 

[i] une certaine partie de la nuit, dans la division qu’en faisaient les anciens

[ii] Peut-être des amis qui ne sont pas forcément croyants au départ, qui un jour ont rencontré Christ et nous accueilleront au ciel.

[iii] LE CHARTIER EMBOURBÉ *

Le phaéton (1) d’une voiture à foin
Vit son char embourbé. Le pauvre homme était loin
De tout humain secours. C’était à la campagne
Près d’un certain canton de la basse Bretagne,
Appelé Quimper-Corentin. (2)
On sait assez que le Destin
Adresse là les gens quand il veut qu’on enrage :
Dieu nous préserve du voyage ! (3)
Pour venir au Chartier embourbé dans ces lieux,
Le voilà qui déteste et jure de son mieux,
Pestant, en sa fureur extrême,
Tantôt contre les trous, puis contre ses Chevaux,
Contre son char, contre lui même.
Il invoque à la fin le Dieu dont les travaux
Sont si célèbres dans le monde :

Hercule, lui dit-il, aide-moi ; si ton dos
A porté la machine ronde,
Ton bras peut me tirer d’ici
Sa prière étant faite, il entend dans la nue
Une voix qui lui parle ainsi :
Hercule veut qu’on se remue,
Puis il aide les gens. Regarde d’où provient
L’achoppement qui te retient.
Ôte d’autour de chaque roue
Ce malheureux mortier, cette maudite boue
Qui jusqu’à l’essieu les enduit.
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit.
Comble-moi cette ornière. As-tu fait ? Oui, dit l’homme.
Or bien je vas t’aider, dit la voix : prends ton fouet.
Je l’ai pris. Qu’est ceci ? mon char marche à souhait.
Hercule en soit loué. Lors la voix : Tu vois comme
Tes Chevaux aisément se sont tirés de là.
Aide-toi, le Ciel t’aidera.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s