Il y a fête et fête (partie 2)

.Qu’est-ce que la fête ?

Résultats de recherche d'images pour « Fête juive »

1. Sur le plan cultuel (judéo-chrétien)

Je tenais à écrire sur ce plan. Je suis fils d’un pasteur protestant évangélique et ma mère (voir entrevue) est une fervente servante au service de la Maison de Dieu. Mon père ne tolérait pas la consommation et l’entrée d’alcool à la maison. Lorsque j’étais enfant, lors d’un voyage administratif en France métropolitaine (mon père étant professeur et fonctionnaire d’Etat en bénéficiait) plus précisément à Belfort (dans la région Franche-Comté). On était chez des amis de mes parents, un couple, Monsieur et Mme Denis, qui étaient missionnaires pour notre église en Nouvelle-Calédonie.  Monsieur Denis avait remonté de sa cave une bouteille de vin, je leur ai demandais ce que c’était dans la bouteille. Monsieur Denis m’avait répondu que c’était du jus de raisin. Je leurs ai dit que ce n’est pas bon après on fait n’importe quoi. Mon père me répondit par la suite que c’était juste pour aider à bien manger. J’ai carrément répondu à mon père que je ne voulais absolument pas qu’il boive. Quand j’étais enfant , je marchais avec ma maman en ville ou dans sa tribu d’origine, je n’arrêtais pas de rencontrer des monsieurs avec leur bouteille de vin à la main.Et ils sentent à des kilomètres à la ronde l’odeur provenant de leur haleine. Le pire dans tous cela c’est quand elle me dit de leurs faire la bise et, quand ils m’embrassait leur respiration sentais à fond l’alcool, j’avais horreur et encore plus s’ils n’étaient pas rasés.

Le paragraphe ci-dessus serait juste pour introduire mon éducation sur le plan religieux vis-à-vis de la fête avec consommation abusive d’alcool. A vrai dire, je suis venu au monde dans un famille chrétienne,  j’étais déjà en quelque sorte protégé par les mauvaises conséquences qu’une fête avec abus d’alcool ou de drogue pouvait causer. Avant de continuer plus loin, je veux qu’on puisse s’entendre sur le mot « fête ». Je vois deux interprétations il y a le mot « fête » où il n’y a pas forcément présence d’alcool (ou/et avec produits illicites) ou on consomme sans abuser. Et il y a l’autre interprétation où on a consommé et dépassé les limites du raisonnable et finir par être désagréables et s’avoir attiré de gros ennuis, ce mot je le mettrai en italique « fête » pour pouvoir se comprendre par la suite.

A. Quoi  ?

  1. Le temps régi par les étoiles

D’emblée dans la Parole de Dieu (la Bible), dans le premier livre biblique, la Genèse, au chapitre premier le verset 14 il est parlé de fêtes :

Dieu dit : « Que des lumières dans le ciel séparent le jour et la nuit ! Elles marqueront les fêtes, les jours et les années.

C’est lors du 4ème jour que Dieu créa les lumières dans le ciel, c’est à dire les étoiles. Quand on lit le passage biblique dans son ensemble, le Créateur le jour précédent (le troisième) rassemblait la terre ensemble (les continents) et les eaux ensemble (les océans). Ensuite le 5ème jour, après les étoiles, Il créa les animaux qui volent dans le ciel et animaux marins. Ce 4ème jour, notre Dieu veut bien marquer le jour et la nuit, les « étoiles » vont faire leur travail, notamment pour le soleil le jour et,  la lune et les étoiles la nuit. Les fêtes sont parsemées dans le temps, et ce temps est marqué par les « étoiles ». Les saisons également sont marqués dans le temps, régies par encore ces « étoiles ». Si je résume, l’homme viendra après pour se nourrir, Dieu a préparé d’avance, pour qu’il ait une terre, ait de la lumière pour pêcher et chasser, donc ait (créé) des mesures temporelles (jour, nuit, soleil,lune) pour définir son âge et aussi des dates pour marquer ses fêtes.

2. Une situation suivi d’une alliance (Ancien-Testament)

Selon la croyance monothéiste de la judéo-chrétienneté, Dieu a constamment recherché tout au long de l’histoire de l’humanité à se réconcilier avec l’homme. Depuis, la chute dans le jardin d’Eden, la « fête » fut terminée pour l’homme. Il était heureux dans ce jardin, mais il a succombé à la tentation, et il est dit dans la Bible, que par un seul homme le péché est entré dans le monde. Je ne vais pas m’attarder sur cette histoire. Je veux revenir au fait que Dieu va, comme si se repentir et chercher à renouer son lien de Créateur à  sa Créature. Il demande à ce qu’on lui offre des sacrifices de bon odeur, comme cela était pour Caen et Abel, qui malheureusement le premier crime de l’humanité a eu lieu. Il renouvellera son alliance avec l’homme par le symbole d’un arc-en-ciel après le déluge au temps de Noé. Dieu choisit un peuple en appelant Abram (plus tard Abraham, qui deviendra le père d’une grande nation). Il va traiter une alliance avec ce peuple, Israël. Dieu est le « suzerain » et le peuple son « vassal », à l’image d’une organisation féodale du Moyen-Âge. Mais par contre, on ne peut pas devenir vassal d’un suzerain si un traité d’alliance n’a pas été signé par ces deux antagonistes. Le suzerain promet d’agir en faveur du vassal que si et seulement si ce dernier a accepté les conditions dans le traité. Une fois cet acte de foi engagé, le vassal est assuré et peut recevoir la garantit que son suzerain interviendra en sa faveur, notamment quand il est attaqué par l’ennemi. Je viens de faire un grand paragraphe mais c’est pour souligner que la « fête » est une alliance, et quand une alliance est faite, elle est datée et se fête en la commémorant. Dans la Bible, le traité d’alliance sont les écrits, les lois et les commandements de Dieu donnés au prophète Moïse pour son peuple Israël. Le peuple devait obéir et suivre ces commandements et ces lois sinon il ne pourrait bénéficier de la protection de leur Dieu. Et dans ces écrits, le peuple a des fêtes de reconnaissance à dédier à leur DIEU, comme la fête de Pâques (sauvé de l’esclavage en Egypte), la fête de Pentecôte (remerciement pour tout ce qu’ils ont récolté et obtenu en bien)…

J’ai écrit ces paragraphes mais ce qui concernait l’alliance dans l’Ancien Testament. Dans la prochaine partie, je présenterai la nouvelle alliance dans le Nouveau Testament avec le nouveau Moïse, Jésus-Christ. Je veux en conclure qu’une fête est la composition de différents ingrédients, comme pour la cuisine, elle se conjugue par le temps, par des situations et des alliances.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s