L’ECOUTER C’EST LA VIE

Mat.2.13-18 ; Lc. 2.25-35. Après que les mages retournent chez eux. Joseph reçoit un message de l’Ange. Il est averti par un rêve de quitter aussitôt Bethléem pour l’Egypte. Tout va très vite pour …

Source : L’ECOUTER C’EST LA VIE

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

L’ECOUTER C’EST LA VIE

Mat.2.13-18 ; Lc. 2.25-35.
Après que les mages retournent chez eux. Joseph reçoit un message de l’Ange. Il est averti par un rêve de quitter aussitôt Bethléem pour l’Egypte. Tout va très vite pour cet homme, il ne s’est pas encore uni à Marie, qu’elle lui annonce qu’elle va donner naissance à un fils. Il faudrait qu’ils quittent Nazareth pour Bethléem, pas de place dans les auberges au moment où sa fiancée est sur le point d’accoucher. Des bergers qui arrivent dans la précipitation pour adorer l’enfant et même temps raconter ce qu’ils ont reçu de l’Ange. Et dans notre texte, il faudrait qu’ils fuient en Egypte. Noël est une merveilleuse fête pour nous mais pour Joseph, Marie et leur enfant ce fut une période bien mouvementée.
Le lundi 26 décembre nous avons célébrer la venue de cette « lumière », une lumière devenue espoir pour l’humanité. Comme Neil Armstrong disait qu’il avait peut être fait un grand pas pour l’homme en marchant la première fois sur la lune, mais Jésus a fait bien plus encore, en venant sur terre pour racheté l’humanité toute entière de l’esclavage du péché.
On m’avait demandé préparé un p’tit quelque chose pour ce même jour, j’avais ressorti le « Je sais d’où je viens et où je vais ». Jésus disait à ses adversaires contemporains, qu’ils ne peuvent savoir d’où il vient où il va pour qu’il raisonnait selon la chair. Nous aussi comme Jésus nous pouvons savoir d’où nous venons que si seulement nous avons accepté cette « lumière » dans nos vies. Et par la suite, savoir où nous allons, car Dieu nous donne un sens à notre vie.
Dans mon message je voudrais me baser sur le texte de Mathieu 2, tout en sachant que je m’appuierai sur le reste des textes qui nous sont donnés pour aujourd’hui. Le thème que je retirerai à travers ces textes est celui de l’ECOUTE et, que si nous écoutons sa voix nous vivons.
« Ecouter » est un vaste sujet, je veux partager 3 points avec au sujet de l’ECOUTE.
1. Le premier point, celui des diverses façons pour Dieu de nous parler.
2. Le deuxième point, que faudrait-il faire pour répondre à sa parole ?
3. Troisième point, quoi qu’il en coûte, j’avance. Dieu est fidèle en ces promesses car qu’il a aussi un plan pour chacun de nous.

1. Dans ce passage Dieu parle de plusieurs façons. :
1.1. Dieu par l’intermédiaire d’un ange parle à Joseph dans un rêve, et ce n’est pas cela qui manque dans les récits concernant la nativité. Dieu parle en rêve à plusieurs personnes, à Zacharie, à Joseph et Marie…Par l’intermédiaire d’un Ange parle aux bergers, parle également aux mages. C’est pour cela qu’il est intéressant de prendre un temps et relire le récit biblique de Noël, c’est une période avec beaucoup d’enrichissements spirituels.
1.2. Dieu a parlé à travers les écrits des prophètes.
Dans ce passage nous l’avons dans les versets suivants :
• 15b : Ainsi se réalise ce que le prophète a dit de la part du Seigneur : « J’ai appelé mon fils à sortir d’Égypte. »
• 17 Alors fut accompli ce qui a été dit par Jérémie le prophète, disant :
18″Une voix a été ouïe à Rama, des lamentations, et des pleurs, et de grands gémissements, Rachel pleurant ses enfants ; et elle n’a pas voulu être consolée, parce qu’ils ne sont pas ».

Dans le second passage, dans Lc 2, avec Siméon, Dieu a parlé par son Esprit-Saint :

27. et l’Esprit Saint était sur lui.
26 Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

De nos jours, il nous est conseillé de rester sur nos gardes par rapport à ceux qui nous disent que le Seigneur Dieu leur a parlé. Dieu a parlé dans l’A.T aux prophètes, comme un père parlerait en face à son enfant. Un jour à table je demandais à mon professeur de doctrine si Dieu parlait encore vraiment et qu’on entendait sa voix, il me disait la meilleure façon d’entendre Dieu est la lecture et l’écoute de sa Parole.

1.3. Dieu peut nous parler dans différentes situations. Dans une situation calme, comme une situation où les choses s’enchaînent rapidement et comme l’a été pour Joseph. A peine, sa femme met au monde l’enfant qu’il faudrait s’enfuirent en Egypte. Mon témoignage est celui de mon mariage, ensuite qui s’est enchaîné par le décès de mon père. C’est pour dire que Dieu est Maître de toute situation et peut nous « parler » et à nous de disposer nos cœurs à l’écouter.
Et j’ajouterai que Dieu agit ainsi car il veut accomplir ses promesses et sa volonté à travers nous et, il n’y a jamais de hasard. Dans ces textes, ce sont ses promesses qui s’accomplissent avec la réalisation des écrits prophétiques et aussi ce qu’il avait annoncé par son Esprit-Saint, comme il a fait pour Siméon.

2. Je disais à mon introduction avec tout ce qui s’est passé pour Joseph, personnellement je serai vite tombé dans l’énervement, chez nous aurait dit plus familièrement « péter les plombs ». Avec une femme qui m’annonce avons de se marier qu’elle attendait. J’aurai pensé à sa place : « mais tu m’as trompé ? ». Ensuite, il fallait qu’ils quittent Nazareth pour Bethléem, et ce sont deux villes complètement opposées dans la Palestine. Pour nous Calédoniens, cela devrait faire de La Foa à Nouméa à pieds. Ils ont dû traverser des montagnes, des cours d’eau et endroits désertiques. Après leur périple voyage, il fallait trouver aussitôt une auberge pour que Marie accouche et finalement on leur propose une étable. Une fois le bébé arrivent au monde et déjà des visites inattendues, bergers et mages. Leur situation aux parents n’est pas de tout repos, Joseph le soir même est averti par un Ange du Seigneur de fuir en Egypte. Dans ce texte c’est le passé simple qui est employé ce qui veut dire que dans la narration les situations se passent rapidement voir brusquement.
Dans le texte de Lc 2, se fut passé dans le calme, Siméon cet homme âgé de Jérusalem a reçu du Seigneur qu’il ne mourrait pas sans avoir vu « celui qui doit être le force d’Israël » (v.25). Il fut poussé par l’Esprit pour aller au temple et rencontre les parents et prend l’enfant dans ses bras. Pour Siméon ce fut dans une situation calme dans les derniers jours de sa vie que la promesse de Dieu pour lui se réalisa.
Qu’est-ce qui a fait que Joseph a décidé de resté serein ? Si nous lisons dans le texte de Mat. Chapitre 1 les V. 19 à 25. Quand il a su que Marié fut enceinte, il voulait il voulait rompre secrètement avec elle. Mais l’ange lui est apparu et lui a tout expliqué. L’enfant vient du Saint-Esprit, il s’appellera Jésus, sauvera son peuple de ses péchés. Et aussi rassure Joseph que c’est l’accomplissement ce que le Seigneur a annoncé par le prophète :
23 Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.
C’est ce qui a conforté l’engagement de Joseph, malgré les épreuves qu’ils traversaient sa fiancée et leur enfant. Sa fiancée portait celui qui ôter les péché de son peuple, et il est l’ « Emmanuel », Dieu venu sur terre parmi les hommes apporter le Salut de l’humanité. Ce fut aussi sa contribution à Joseph d’accomplir ce qu’avait annoncé les prophètes, et s’en était, je pense une fierté pour lui.
Quant au vieux Siméon, la Parole du Seigneur a été accomplie dans sa vie, il pouvait mourir en paix. Cela nous montre que Dieu en son temps conduit bien les choses. Lorsque mon père, pasteur Taï WAHEO nous a quitté, il a pu partir en paix. C’était dans ses prières, demander à Dieu de le reprendre que si ses « enfants spirituels » ont grandi dans la Foi et, je parle particulièrement pour moi, son fils qui a été faire des études bibliques.

3. Mon troisième point, que je ferai en guise de conclusion. Ce serait de faire un récapitulatif et comment devrait-je appliquer cela dans ma vie chrétienne ?
De nos jours, tout va très vite, au boulot, avec les médias, internet (réseau sociaux…), projet… mais prenons-nous le temps d’écouter Dieu ? Dieu nous parle comme il a fait au temps de la nativité. Il nous parle mais plus à travers sa parole, maintenant pour l’entendre c’est la lecture, écouter des messages biblique à l’église, en audio, audio-visuels…L’écouter c’est aussi à travers différentes situations, qu’elle soit calmes ou mouvementée, quelque soit votre âge ou l’endroit où vous vous trouvez. Et c’est parce que Dieu vous veut dans son plan afin que s’accomplisse ses desseins. Il nous faut simplement garder l’attitude qu’avaient Joseph et Siméon. Nous avons un Dieu qui nous sauve de nos péchés, qui est avec nous l’Emmanuel, Seigneur de nos vies. Malgré les diverses situations qu’on peut traverser il est important d’être à l’écoute de Dieu et, c’est là qu’on découvre sa volonté pour chacun de nous afin que son Eglise soit au mieux préparée pour le retour de son Fils Jésus.
En vous remerciant de m’avoir lu, que la Parole de notre Dieu soit bénie et qu’elle ne puisse pas retourné vers Lui sans avoir fait effet dans les cœurs.Amen.

Nicodemus.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

D’où venons-nous et où nous allons ?

Voici un message que j’ai préparé pour le lundi 26 décembre, c’est à l’occasion de la semaine de prière dans notre église. Dans notre église locale, on demande à des familles de participer pendant cette semaine du 26 au 30 décembre. Les familles conduiront le culte, c’est dire qu’elles s’organiseront de A à Z pour le service liturgique. On a vécu déjà 2 belles soirées animées par les familles. Et je loue Dieu pour cela car Il est grand et tient ses promesses pour des générations en générations.
Les passages sur lesquels je me suis basé : Jn 8.12-16 et Lc.2.15-20; Ps.146.8 et Eph.1.18.

Dans le passage de Jn 8. Au verset 14b. Jésus répond aux pharisiens : « Je sais d’où je venu, et je sais où je vais. Dans ce verset où l’adverbe « Où » désigne un lieu. Jésus savait d’où il venait, et aussi où il allait. Dans notre pays, s’il y a du mal-être chez nos jeunes c’est qu’ils ont du mal à dire d’où ils viennent. Il y a là crise d’identité, et ce qu’il va les conduire à la délinquance. Et, je ne vise pas uniquement les jeunes, aussi de grandes personnes, on ne sait pas d’où on vient. Et même spirituellement parlant, à nous chrétiens, d’où venons-nous et où allons-nous ? A- t-on trouvé notre objectif sur terre ?
A lecture de ces passages et versets j’aimerai vous partager et développer avec vous 3 points qui montrerons comment savoir d’où nous venons et savoir où nous allons ?
1. La première des choses c’est que Dieu a envoyé son Fils et, Il est la Lumière qui nous donne la vie. Et nous aussi, enfants de Dieu nous sommes aussi envoyés.
2. La deuxième, nous ne devons pas raisonner selon la chair mais nous laisser transformer par cette lumière pour être guidé dans notre vie ici-bas.
3. La troisième chose, Jésus a su parfaitement où il allait. Et nous, nous pouvons savoir où nous allons si nous le suivons lui la Lumière et le Chemin.
Et après ses 3 points j’en conclurai en faisant récapitulatif.

1. Des années avant la venue de l’enfant sauveur et Christ (oint de l’Eternel), c’était déjà annoncé par les prophètes.
« Es.11.1. Puis un rameau poussera de la souche d’Isaïe, un rejeton de ses racines portera du fruit. »
L’Ange annonce aux bergers effrayés Lc 2.11 «…aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Messie, le Seigneur. »
Ce fut une grande joie pour le peuple d’Israël, un messie tant attendu. Enfin, le grand jour est arrivé un grand soulagement pour ce peuple. En tout cas pour notre passage, les bergers sont heureux, ça passent vite. Ils reçoivent la nouvelle de l’Ange, se concertent entre eux et se dépêchent de se rendre dans cet étable où se trouve le petit-enfant et ses parents.
Jésus savait d’où il venait, qui il était, Fils de Dieu, Messie (Sauveur) et le Christ (Oint de l’Eternel). A l’écoute des bergers, sa mère Marie retenait tout ce qu’ils disaient et repassaient dans son cœur.
Dans le second texte, Jésus en répliquant aux pharisiens, dit que son jugement est vrai, car il est n’est pas seul, Dieu est avec Lui, celui qui l’a envoyé.
Jésus savait d’où il venait. Nous aussi devions savoir, que nous avons été créés à l’image de Dieu, et nous sommes les créatures de notre Dieu, créés par la Parole. Nous devons aussi briller comme la lumière dans ce monde et témoigner de ce que Jésus a fait pour nous afin de donner la Vie aux autres.

2. A travers ces deux passages deux attitudes se présentent à nos yeux. Il a ceux qui ont accepté Jésus comme la lumière de ce monde et les autres qui ne l’ont pas fait. Le camp des Bergers et le camp des Pharisiens. Laquelle de ses attitudes devrions-nous prendre ? Bien sûr celle des bergers.
Les bergers qui faisant partie de la classe populaire, n’ont pas fait de grandes études. Et ses pharisiens qui eux au contraire dans la classe de la « noblesse », savent lire et écrire, ont étudié les écritures. Mais contrairement à ses derniers, les bergers ont accepté la venue de cette « lumière », et comme Jésus dit dans ce passage de Jn 8.12 :
« La lumière du monde, c’est moi. Si quelqu’un me suit, il ne marchera pas dans la nuit, mais il aura la lumière qui donne la vie. »
Pasteur Jean COILLOT, disait le soir du réveillon, la période de la nativité s’est produite dans la nuit, dans un contexte ténébreux et Jésus est cette « Lumière » venue dans notre monde. Notre cœur est comme cette mangeoire, un cœur si sombre où il nous faudrait laisser cette enfant-lumière se poser dans notre cœur.
Chaque culte du dimanche ou d’autres événements comme l’évangélisation, il est prêché qu’il faudrait accepter Jésus comme son Sauveur. Et travers mon message de ce soir, je voudrais vous inviter à choisir la même attitude que ses bergers. Ils ont accepté le message de l’Ange, sans se poser de questions aussitôt se sont rendus vers cette Lumière dans cette étable. Ils ont témoigné de ce qu’ils ont reçu de l’Ange et sont repartis en glorifions le Seigneur. Ils ont reconnu cette Lumière venue du Ciel, annoncé par les prophètes, et l’ont accepté dans leur cœur.

3. Les premiers points développés précédemment, c’est qu’on reconnait Jésus d’où il venait. Et pour reconnaître cela, il faut l’accepter lui la lumière dans notre cœur. On pourra aussi comprendre où il allait. Jésus disant qu’il savait où il allait, c’est qu’il prenait la direction de la Croix. Il est le Messie, envoyé de Dieu, et pas pour libérer le peuple d’Israël de l’oppression mais plus encore, libérer l’humanité tout entière du péché, et donc par sa mort lui donner la vie éternelle. Même plus le sacrifice d’un animal ne fut acceptable pour Dieu pour la rémission de nos péchés, mais seul le sacrifice de son Fils Unique était reconnu à ses yeux.
Ses pharisiens, comme d’autres de l’époque de Jésus, ne pouvaient pas croire qu’un homme simple né à Bethléem (que pouvait-il venir de bon de là-bas ?), fils de charpentier serait leur Messie. Un Messie qui est monté sur le dos d’un ânon lors de la fête des rameaux. Ils attendaient un Messie plus fort, les libérant de la colonisation romaine, un Messie sur un grand cheval blanc, en armure et épée et conduisant leur peuple Juif à la victoire. Ce ne fut pas du tout ça, Dieu planifie autrement les choses pour le salut de l’humanité : 1 Co.1 27 : Non ! Dieu a choisi ce que le monde considère comme une folie pour confondre les « sages », et il a choisi ce qui est faible pour couvrir de honte les puissants.
Je ne vais pas m’étendre plus, Jésus savait où il allait. Et pour savoir à notre tour où nous allons nous devons le suivre, lui cette lumière, luis notre Chemin. L’apôtre Paul plus tard prie ainsi pour les Ephésiens ch.1 :
8Je lui demande d’ouvrir les yeux de votre intelligence. Ainsi, vous pourrez connaître l’espérance qu’il vous a donnée en vous appelant. Vous connaîtrez la richesse magnifique des biens qu’il donne à ceux qui lui appartiennent.
Si nous avons répondu à son appel, nous avons cette belle espérance de se retrouver avec Lui et ainsi qu’avec nos autres frères et sœurs en Christ qui nous ont déjà quitté. Par conséquent, à son appel, nous avons chacun à chacune une mission à accomplir sur cette terre, tout en prenant l’exemple de tous les saints qui nous ont précédés, qui sont avec nous et surtout le plus bel exemple Jésus qui notre chemin et lumière.

Conclusion :
Mon message a été préparé dans la précipitation, j’avais peu de temps à le préparer. Par conséquent, je vous invite à méditer encore à la maison ces passages donné pour aujourd’hui. Je lance aussi l’invitation à faire des lectures sur ce que vraiment Noël pour un chrétien. Et quand on a du mal à saisir la vraie signification, demandé aux serviteurs de Dieu de vous éclairer sur le passage concernant la nativité. Où sinon, par exemple, si vous avez internet à la maison prenez un temps de faire des recherches sur différents supports audio, écrits, audio-visuel…
Si je récapitule brièvement. Premièrement, Jésus savait qui il est, d’où il venait. Les écrits prophétiques… Nous aussi nous savons, avons été créés par la Parole, Jésus.
Secondo, on le reconnaît d’où on vient et où on part que si et seulement si nous avons accepté cette Lumière (chemin).
Tres, Jésus savait parfaitement le pourquoi de sa venue, sauver l’humanité. Nous aussi avons une mission, suivre le chemin qui est Jésus.
En espérant que le peu que j’ai apporté pourra vous encourager à savoir d’où vous venait et où vous allait.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Bientôt on tourne la page 2016

Ma femme et moi de retour de Newere. Nous vivons le semaine de prière dans notre église locale en ce moment jusqu’au 31 décembre, et dire au revoir à l’an 2016. Cette année 2016 restera…

Source : Bientôt on tourne la page 2016

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Bientôt on tourne la page 2016

Ma femme et moi de retour de Newere. Nous vivons le semaine de prière dans notre église locale en ce moment jusqu’au 31 décembre, et dire au revoir à l’an 2016. Cette année 2016 restera à jamais gravée dans mon cœur. Pour cette année fut celle de mon mariage, un projet qui s’est réalisé avec succès en fin d’année, le 21 octobre. Un mois et 8 jours plus tard, le 29 novembre, mon père, celui qui a été le principal moteur à la réalisation de mon mariage s’en est allé auprès de notre Dieu, qui l’a rappelé à Lui. Ce fut une grande tristesse pour moi, ne m’y attendant pas à ce décès. Mon père me disait qu’il allait me donner des cours bibliques et que par la suite de penser à intégrer l’équipe d’enseignants de la Faculté Libre de l’Enseignement Biblique. Je voulais tellement faire chemin avec lui, mais Dieu l’a rappelé avant. J’ai prié Dieu par la suite d’accepté son “départ”, merci Seigneur car il me relève doucement et en son temps. Et je continue pour cette année, mes parents avaient fêté leur noce d’Or, et ça j’étais heureux pour eux. Mon père a pu se rendre sur son île Iaaï lors de la Fête de la Parole. Oui, cette année restera inoubliable. On a fêté les 30 ans de l’Association des Amis et même temps les 20 ans de la construction de l’église de Newere. A l’échelle du pays, au sein de l’Eglise Evangélique Libre, il y a eu le pardon le 9 juillet. Il est demandé que le 9 juillet de chaque année devient une journée de commémoration pour l’ église. Il s’est tellement passé des choses lors de cette année. Et pour finir, mon père avait eu ses 40 ans de ministère pastorale dans l’église, je félicite encore son parcours. Je prie Dieu, pour qu’il y ait de la relève parmi ses enfants dans ce ministère de serviteur de Dieu.
Nicodemus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Les protestants français ont été des acteurs du changement social »

Bientôt 500 ans d’histoire !

Actu-Chretienne.Net

A l’occasion des 500 ans de la Réforme, l’historienne Marianne Carbonnier-Burkard revient sur la lente intégration dans la société française de cette minorité religieuse.

View original post 59 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Oui », est-ce facile de le dire ?

Ce n’est pas toujours facile de revenir sur son blog pour poser quelques lignes de mots. C’était comme tout à l’heure quand je suis mis à me décider d’aller faire un footing. Depuis mon mariage du 21 octobre, je n’ai même plus enfilé mes « running » pour courir. Wouaw, cela fut très dur de reprendre et surtout qu’on est à la « veille » des fêtes de fin d’année. Et cela je voudrais remercier mon Dieu, qui Lui créé en moi l’envie et le faire.
Pour cette article, ce sera le dernier pour clôturer cette série. Pour moi le fait d’avoir dit « Oui » ce serait de le dire par la foi. Et on va dire que deuxièmement, c’est que la « famille »(la mienne et ma belle-famille) en est pour une raison.
Quand, j’ai rencontré Geue, c’est le prénom de mon épouse en langue du Node Drehu, j’étais devenu son collègue (voire article précédent). Et, il y avait une autre collègue, Sandra, elle a joué le rôle de « Cupidon » pour nous deux. Elle me disait « le paradis n’est pas loin » et elle faisait montrer Geue. Je ne m’occupais pas au début et chaque jour elle n’arrêtait pas de le répéter, ce qui nous a poussé par la suite à nous mettre ensemble Geue et moi. Sandra est une femme chrétienne, elle avait pensé à son amie Geue, elle voyait qu’elle n’était pas heureuse dans sa vie de jeunesse et notamment du côté « cœur ». Sandra connaissait ma famille, c’était l’ancienne petite amie de mon frère. Elle savait que ma famille avait une bonne réputation dans notre pays et, comme elle aimait son amie et ne voulant pas la voir souffrir, a fait en sorte qu’elle devienne ma petite-amie. Et c’est sa foi a cette collègue qu’à présent Geue est devenue ma femme.
En 2011, je suis allé présenté Geue, ma petite-amie à l’époque, au frère aîné de mon père, Pasteur Jacob sur notre île d’Ouvéa. En présentant mon geste coutumier, je lui ai dit que voici ma copine. Mon oncle en réponse à mon geste m’a dit que ce n’est pas ta copine mais ta femme, nuance ! Il explique encore, une copine c’est pour les jeunes célibataires, juste pour un temps d’un soir. A la différence de femme, qui elle reste tous les jours à tes côtés. Mon oncle à cette année avait déjà prophétisé. Depuis le jour où cette parole fut sortie, il s’est tellement passé d’épreuves dans notre période de concubinage, et je ne sais combien de temps on aurait pu rompre notre lien. Malgré cela, cette soit disant présumé copine a fini par être mon épouse, mon oncle a aussi parlé par sa foi.
Du côté de ma famille, je n’ai vu aucune personne s’opposer à notre couple. Après, quelques réflexions à nos débuts de couple ou des actions désaccord envers ma concubine à l’époque. Avec le temps, les miens on fini par l’accepter. En parlant de la famille en Jésus-Christ, j’ai eu de la part de frères qui ont complètement désapprouvé notre union. Ils me disent de la quitter que ce n’est pas une fille de l’Eglise, le mieux c’est de te mettre un fille chrétienne, ayant accepté Jésus dans sa vie comme Sauveur et Seigneur. En rapportant cela à ma concubine, elle fut bien triste et en a voulu à ceux qui m’on parlé ainsi. Elle a tenu, malgré ses tempêtes qui se sont abattues sur notre concubinage, elle est resté ferme et s’est battue pour que je reste à ses côtés.
Quand j’ai pris Geue avec moi, ce ne fut pas facile au début avec ma belle-famille. Je me suis battu, mais c’est surtout Geue qui m’a défendu pour faire en sorte qu’elle finisse par m’accepté et, aussi accepté notre vie en couple. Sa famille a une autre religion que la mienne et ce n’est pas facile de voir leur fille venir dans une famille qui a une autre religion. Ma grande sœur Moria, nous disait dernièrement que Geue a une vie comme Ruth dans la Bible, la belle-fille de Naomie. Ruth est une femme étrangère au peuple Israël, mais son défunt mari, un Israëlite. Sa belle-mère repart dans son pays, mais sa belle fille veut la suivre, Naomie lui dit de rester chez elle, mais elle insiste en disant « Là où tu iras j’irai, ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ». Geue a fait comme Ruth a tout quitté pour me suivre, ma famille sera sa famille, mon Dieu sera son Dieu.
Ben dis-donc, cela me fait grandement du bien d’écrire, je ne peux rester comme cela sans laisser des mots sur mon blog. Et je prie Dieu pour que mes enfants puissent un jours lire mes écrits. Depuis qu’on s’est marié, j’entends beaucoup de bien sur ma femme venant de ma famille : c’est une « perle », J-David tu as tiré le « gros lot »…Même moi après mon mariage, je suis dans l’étonnement envers ma femme, je ne pensais pas qu’elle allait me faire un tout autre visage de sa personnalité et j’en suis fier d’elle. Je continue de prier le Ciel, et surtout de remercier et glorifier mon Dieu pour cette belle femme de bon cœur qu’il m’a donnée. Et je remercie d’avance mon Dieu car il a préparé d’avance de bons projets pour notre couple afin que nous les accomplissions avec succès. Et non non non je ne le regrette pas d’avoir dit « OUI, JE LE VEUX » lors de notre cérémonie à la mairie de Dumbéa, le 21 octobre 2016.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires